Brendan Gallagher est le premier depuis Brian Savage (1999-2000)

D’entrée de jeu ce matin, on a frôlé l’apport de Brendan Gallagher chez le Canadien de Montréal. La saison passée, le petit numéro 11, qui déborde de caractère, a fait scintiller la lumière rouge à 31 reprises, pour son plus haut total de filets au sein de la Ligue nationale. Depuis l’amorce de cette campagne 2018-19, il a déjà neuf buts au compteur (seulement une mention d’aide). Le 1er novembre 2017, il en avait « seulement » 4… 

Si on y va avec un calcul mathématique bien simple (une règle de trois), pour ramener ça à 82 matchs, ça donne un total de 61.5 buts, dont 62 (arrondi). Un plateau certes impossible (ou presque) dans le hockey d’aujourd’hui. Le dernier à avoir franchi cette marque se nomme Steven Stamkos, un plateau qu’il a réalisé lors de la saison 2011-12.

Enfin bref, depuis Brian Savage, il connaît le meilleur début de saison au niveau des buts chez le CH.

Le dernier à avoir fracassé les 50, Alex Ovechkin, en 2015-16. Ovi demeure le meilleur marqueur naturel de cette ligue professionnel et même lui n’est plus en mesure d’approcher le plateau singulier de 60. Marquer 60 filets dans la LNH, c’est aussi rare que de la « M » de pape. Quoiqu’avec le nombre de buts qui augmente et l’équipement des gardiens plus petits, certains pourraient l’atteindre. 

Pour revenir au petit Gally, ses neuf buts le classent au 7e rang du circuit à ce chapitre, donc si lui en marque 60, les premiers en marqueront 65 ou 70? Non. La cadence de tout le monde devrait diminuer pendant ce long marathon de 82 parties, mais ça demeure excessivement positif pour le Canadien de Montréal, qui compte sur un « nouveau » scoreur de qualité.

Son trio composé de Phillip Danault et Tomas Tatar se complète parfaitement et s’il continue ainsi, les deux coéquipiers de Gally pourront certes l’aider à atteindre la marque des 35 ou 40 buts. Avec autant de hargne, de passion et de caractère, the sky is the limit. S’il ne visite pas l’infirmerie, comme ce fut le cas l’an passé, on est forcé d’admettre que le plateau des 40 buts n’est pas impossible.

Bref, son histoire est impressionnante, lui qui s’est cassé des doigts de la main à deux reprises…

PLUS DE NOUVELLES