Bergevin : Molson lui donnerait jusqu’à la fin de la saison

Bergevin : Molson lui donnerait jusqu’à la fin de la saison

Décidément, pas une journée ne se passe sans qu’on parle de la situation précaire de Marc Bergevin. Selon le réputé journaliste Elliotte Friedman, et c’est ici son opinion personnelle, le grand patron des Canadiens de Montréal, le propriétaire Geoff Molson, attendra jusqu’à la fin de la saison pour décider du sort de son directeur général, Marc Bergevin.

Cité par Chris Nichols, Friedman estime que Geoff Molson désire voir ce que son DG peut faire pour ramener l’équipe sur le droit chemin avant de statuer. Il aborde la transaction Jonathan Drouin – Mikhail Sergachev qui ne fait actuellement pas très bien paraître le dirigeant du CH et estime que c’est un échange qui rapportera aux deux équipes sur le long terme, compte-tenu de la différence d’âge entre les deux hockeyeurs.

Friedman dit les choses telles qu’elles sont : rien ne pourrait aller plus mal pour le Tricolore, tout semble jouer contre eux, une série de malchances s’accumulant continuellement. Il pointe la situation Galchenyuk, blâmant la sortie de Mario Tremblay à son endroit, et aborde aussi les actions que Bergevin tente de poser. Le DG logerait une multitude d’appels pour arriver à changer l’état actuel des choses au sein de ses troupes.

Il va sans dire que Montréal a vraiment besoin d’un électrochoc pour secouer la torpeur qui s’est installée sournoisement depuis le tout début du camp d’entraînement.

Cependant, pas question de compléter une transaction juste pour compléter une transaction, c’est le genre de mouvement qui vient vous éclater en plein visage par la suite, le Canadien doit plutôt poser un geste réfléchi qui n’est pas dicté par les déboires du moment pour boucler un deal favorable à son avenir. Un bon texte à lire ici.

Par ailleurs…

Les cinq prochains matchs du Tricolore seront disputés contre les Rangers de New York, les Sénateurs d’Ottawa, le Wild du Minnesota, les Jets de Winnipeg et les Blackhawks de Chicago. Ces cinq parties serviront fort probablement de baromètre pour jauger la suite des choses, car si Montréal continue d’aligner les défaites, la saison, déjà très en péril, sera à jeter aux oubliettes. Toutefois, qui dit saison aux oubliettes ne doit pas penser saison à oublier, car ce serait une occasion en or de ré-outiller en vue de la saison 2018-19, à défaut d’une reconstruction qui semble hors de question au 7e étage du Centre Bell. L’attaque de cette équipe fait pitié et peine à marquer des buts depuis bien trop longtemps déjà.

PLUS DE NOUVELLES