Alex Galchenyuk : le Tricolore a-t-il raté son développement?

On se transporte au repêchage de 2012. Le Canadien de Montréal avait alors le troisième choix au total de l’encan. Je ne vous apprends absolument rien en vous mentionnant qu’ils ont repêché Alex Galchenyuk avec ce choix.

Dès son arrivée à Montréal à l’automne suivant, les partisans sont tombés en amour avec le kid. Rappelez-vous, il avait été en mesure de percer l’alignement du CH avec le jeune Brendan Gallagher en 2012-2013 lors de l’année du conflit de travail dans la LNH.

Cette saison avait été réduite à 48 matchs et Galchenyuk a participé à chacun d’entre eux, récoltant 9 buts et 18 mentions d’aide. On s’entend pour dire que pour un joueur recrue, c’est très bon. C’est par la suite que les choses ont commencé à se gâter.

L’année suivante, Alex récolte 31 points en 65 matchs. Guigne de la deuxième année? OK. Je lui accorde.

Lueur d’espoir! Galchenyuk remplit le filet à 50 occasions lors des deux prochaines campagnes : 20 buts en 2014-2015 et 30 en 2015-2016. Tous les partisans du Canadien estiment donc que le troisième choix au repêchage de 2012 n’était finalement pas un flop. La progression d’Alex semblait finalement se réaliser, comme tous l’attendaient.

Bien qu’il récolte 44 points en 61 joutes l’année qui suit, on commence à douter du développement du jeune américain. Pourquoi? Parce qu’il se présente à un match sur cinq. Les rumeurs commençaient d’ailleurs à être très vives au sujet du fait qu’on le voyait souvent dans les bars de Montréal avec Nathan Beaulieu et compagnie.

Pendant ce temps, à Tampa Bay, une étoile grandit.

Brayden Point fait son arrivée dans la LNH lors de cette même année. À sa première saison dans la grande ligue, il affiche des statistiques plus qu’intéressantes : 18 filets et 22 aides en 68 matchs disputés.

Point enchaîne ensuite avec des campagnes de 66, 92 et 64 points. Sa dernière récolte de 64 points est survenue cette saison alors qu’il a disputé 66 matchs. On parle ici d’un joueur d’un point par matchs depuis pratiquement sa deuxième année dans la ligue.

La différence entre ces deux joueurs est expliquée dans le nouveau livre de Jack Han, un ancien exécutif de la LNH et de la AHL. « Hockey Tactics 2020 » est notamment consacré à un niveau d’analyse de plusieurs aspects dans la grande ligue, dont la rivalité entre le Canadien de Montréal et le Lightning de Tampa Bay.

Bref, selon lui, le CH aurait complètement raté le développement d’Alex Galchenyuk et il a comparé sa progression à celle de Point à Tampa en si fiant sur une seule partie de leur jeu : le coup de patin de ceux-ci. Dans cet article de 25stanley, il y a une image qui représente très bien le style de chacun de ces deux joueurs et la différence est frappante.

Il faut par contre affirmer que ce n’est pas en se basant sur un seul aspect de leur game qu’on en viendra à cette conclusion, ça c’est sur et certain.

Évidemment, les opinions seront partagées suite à cette affirmation. Personnellement, je ne sais pas quoi penser de tout ça. Ce que je sais, c’est qu’Alex Galchenyuk est doté d’un talent énorme en tant que joueur d’hockey. Par contre, je ne sais pas si on a vu tout ce qu’il en était capable. Ce qui est le plus malheureux, c’est qu’on ne le saura jamais.

PLUS DE NOUVELLES