Alexis Lafrenière n’aurait aucune chance de jouer à Montréal dans le cadre d’un repêchage en juin

Ceux qui rêvaient que Marc Bergevin se présente au Centre Bell avec la toute première sélection du repêchage pour sélectionner Alexis Lafrenière à la maison peuvent cesser de rêver : ce plan-là est de plus en plus mort.

Évidemment, depuis qu’on a appris que le repêchage n’aura pas lieu à Montréal au mois de juin, le scénario ne tient plus debout. Par contre, il y a pire : le CH pourrait ne pas avoir la chance de repêcher au tout premier rang.

Normalement, toutes les équipes qui n’ont pas fait les séries (ou du moins, les équipes qui possèdent les choix en question) ont une chance, aussi petite soit-elle, de grimper parmi les trois premières sélections. Ceci dit, avec Gary Bettman qui veut absolument tenir le draft au début du mois de juin (j’y reviendrai), un nouveau format serait instauré.

Dans cette idée-là, on parle de deux scénarios possibles.

  1. On y va avec le pourcentage de points (puisque les équipes n’ont pas le même nombre de matchs sous la cravate) pour déterminer le classement.
  2. Une seule équipe gagnerait au tirage, mais une formation ne pourrait pas monter de plus de quatre rangs.

Dans les deux cas, soulevés par Elliotte Friedman, le CH ne pourrait pas obtenir le premier rang. Les chances de voir Alexis Lafrenière seraient donc nulles pour la formation de Marc Bergevin.

À moins d’effectuer une transaction, évidemment.

D’un autre côté, des équipes comme les Sénateurs et les Red Wings doivent espérer un repêchage sous ce format-là puisque leur choix (ou leurs choix, pour les Sens) serait assurément excellent.

Jugez-en par vous-même.

Parlons-en, justement, de cette idée-là de tenir le repêchage en juin.

Comme vous le savez, plusieurs directeurs généraux de la ligue se sont levés afin de se faire entendre. La plupart d’entre eux ne veulent pas tenir le repêchage en juin (avant la fin potentielle de la saison) pour plusieurs raisons. La loterie et les choix conditionnels sont parmi les raisons.

Notez d’ailleurs que, pour ce qui est des choix conditionnels, les équipes pourraient avoir des fenêtres de sept jours pour renégocier une entente et la ligue a une idée en tête pour les 15 transactions qui contiennent des choix conditionnels.

Mais il n’en demeure pas moins que la ligue veut vraiment tenir son repêchage au début du mois de juin. Ainsi, il y aurait un événement hockey à se mettre sous la dent sous peu.

Gary Bettman a envoyé un mémo aux formations hier soir et, dès lundi, l’idée sera discutée par les gouverneurs.

Une décision finale sera prise la semaine prochaine, selon ce que rapporte Pierre LeBrun.

À court terme, le plan de Gary Bettman est vraiment de faire accepter aux différents récalcitrants son plan de match. Pourra-t-il y arriver? Ça reste encore à voir.

PLUS DE NOUVELLES