Aleksander Barkov aurait été préféré à Nathan MacKinnon par l’Avalanche sans l’arrivée de Patrick Roy

Actuellement, la saveur du moment à travers les différents médias sportifs montréalais est évidemment le repêchage. Avec la loterie qui avait lieu hier et le fait que le CH a justement gagné celle-ci, le nom de Shane Wright et celui des autres gros espoirs de l’encan à venir sont sur bien des lèvres, évidemment.

Il ne faut cependant pas oublier que le CH a plusieurs choix de qualité et que Wright ne sera pas le seul joueur de qualité qui rejoindra l’équipe au début du mois de juillet.

Or, hier soir, Stéphane Leroux a lui aussi parlé de repêchage durant son passage à L’antichambre, mais il a notamment profité de celui-ci pour y aller d’une anecdote liée au repêchage de 2013, celui durant lequel l’Avalanche a repêché Nathan MacKinnon au premier rang.

En fait, selon Leroux, MacKinnon aurait bien pu ne pas être le choix de l’Avalanche, alors que l’équipe avait plutôt l’œil sur le joueur qui a finalement été sélectionné au deuxième rang : Aleksander Barkov.

Le nom de Seth Jones a beaucoup circulé aussi, mais il n’aurait jamais vraiment été considéré. Il a finalement été repêché au quatrième rang par les Predators.

Cependant, l’arrivée de Patrick Roy au sein de l’organisation a changé la donne, alors que Casseau a tranché en faveur de MacKinnon

Souvenons-nous, je vais donner l’exemple de 2013 où on avait Nathan MacKinnon, Jonathan Drouin, Seth Jones. On se posait encore des questions au tournoi de la coupe Memorial. Il y a plein de gens qui disaient : « Peut-être que Drouin va être numéro un » et tout ça. Et c’est vraiment Patrick Roy, quand il est arrivé au Colorado qui a dit : « Arrêtez ça, c’est MacKinnon notre choix. » Les gens de Colorado, ce que j’ai appris, c’est que c’était Barkov, leur choix avant que Patrick Roy arrive. – Stéphane Leroux

Ce sont nos collègues chez Go Habs Go qui ont fait la trouvaille.

Même si Barkov est sans contredit l’un des meilleurs centres de la LNH, il va sans dire que l’Avalanche ne regrette pas du tout d’avoir jeté son dévolu sur MacKInnon, qui fait partie de la crème de la crème dans le circuit Bettman.

Est-ce que l’Avalanche aurait un succès similaire avec Barkov à la place de MacKinnon? Probablement pas, non (quoique l’écart pourrait être moins grand qu’on pourrait le croire).

Bref, tout ça aurait évidemment changé le futur de l’Avalanche et des Panthers. Et qui sait, peut-être que ça aurait changé la situation de Jonathan Drouin (repêché au troisième rang par le Lightning), qui n’aurait peut-être jamais été échangé au Canadien…

PLUS DE NOUVELLES