À quoi doit-on s’attendre du Canadien l’an prochain ?

La saison estivale est la pire pour un partisan de hockey. Ceci étant dit, l’été est également la période de l’année la plus importante pour une équipe puisque c’est à ce moment-ci qu’elle construit son effectif. Évidemment, le nombre de joueurs de talent n’est pas illimité.

Disons donc que plusieurs équipes resteront sur leur faim, tandis que d’autres auront réussi à toucher le gros lot. C’est le cas des Rangers, qui ont réussi à mettre la main sur Artemi Panarin, en plus d’avoir transigé pour obtenir les services de Jacob Trouba ou encore Adam Fox.

Comme le démontrent les graphiques de Dom Luszczyszyn, les Blue Shirts sont les grands gagnants de la saison morte. Mais qu’en est-il du Canadien ?

Si l’on suit les calculs du chroniqueur de The Athletic, le Canadien a perdu 1.1 victoire avec les départs de Jordie Benn, Andrew Shaw, Antti Niemi ou encore Nicolas Deslauriers et les arrivées de Ben Chiarot, Keith Kinkaid et Nick Cousins.

Il explique que c’est le départ d’Andrew Shaw qui fait le plus mal à l’équipe, alors que l’arrivée de Ben Chiarot au profit de Jordie Benn est certainement une régression.

Je ne pense pas que Ben Chiarot est la réponse en défense, et il est probablement une régression par rapport à Jordie Benn, à un plus haut coût. Si le Canadien voulait un défenseur gaucher dimensionnel pour trois autres saisons, ils avaient déjà Karl Alzner.

Lorsqu’on compare Chiarot à Benn, il semble évident que le dernier cité possède l’avantage en zone adverse. L’an dernier, à 5 contre 5, les Jets n’étaient vraiment pas menaçants avec Chiarot sur la glace.

L’offensive n’est pas le point fort de Chiarot. Mais ça, on le savait…
(Crédit:HockeyViz)

À l’inverse, et avec Jordie Benn sur la glace, le Canadien possédait une « menace » de +7% par rapport à la moyenne de la ligue…

Or, les deux joueurs ont eu un impact quasi similaire en défense pour leurs équipes respectives. Tandis que le Canadien allouait 7% de moins de tirs par rapport à la moyenne de la ligue lorsque Benn était sur la glace, les Jets, eux, en accordaient 6% de moins quand Chiarot était en action.

Ceci dit, Chiarot a l’avantage sur l’impact qu’il possédait auprès de ses coéquipiers. Alors que le Canadien se débrouillait toujours bien en défense sans Benn sur la glace – -1% de tirs alloués par rapport à la moyenne de la ligue-, cet indice a explosé chez les Jets quand Chiarot était sur le banc.

(Crédit:HockeyViz)

Bref, même si Chiarot semble être un peu surpayé, cela n’empêche pas qu’il livrera la marchandise l’an prochain. Jordie Benn aurait pu faire le même travail, certes, mais il est parti. Marc Bergevin devait donc s’adapter à cette situation…

D’ailleurs, Dom Luszczyszyn n’est pas le seul à être pessimiste dans le cas du Canadien. ESPN a publié un état des forces où le Canadien se trouve au 17e rang. Le club raterait, une fois de plus, les séries à un chouïa…

PLUS DE NOUVELLES