À 26 ans, Michael Bunting est finaliste pour le trophée Calder

Après le trophée Vézina hier, la LNH a dévoilé aujourd’hui les finalistes au trophée Calder pour la saison 2021-2022. Ce prix remis à la meilleure recrue de l’année comporte quelques critères.

Pour être éligible, un joueur doit avoir eu au maximum 26 ans avant le 15 septembre de la présente saison. Il doit aussi avoir disputé moins de 25 matchs dans la LNH l’année précédente et moins de six matchs lors des deux saisons précédentes dans un circuit professionnel d’envergure.

C’est en raison de cette dernière clause que Wayne Gretzky n’a pas remporté cet honneur. Il avait déjà disputé 66 matchs dans l’AMH.

Voici donc les finalistes de cette saison:

Le fait de voir les noms de Moritz Seider et Trevor Zegras n’est pas surprenant du tout. Ces deux joueurs ont connu de superbes campagnes.

Lorsqu’on prend en considération les statistiques, le nom de Michael Bunting, qui a fini premier pointeur chez les recrues, ne surprend pas non plus.

Toutefois, l’âge de Bunting en chicote certains.

S’il avait été né trois jours plus tôt, il n’aurait même pas eu le droit d’être pris en considération pour le trophée Calder.

De plus, ce dernier avait déjà disputé 26 matchs dans la LNH avant cette saison.  Il avait aussi joué 323 rencontres dans la Ligue américaine. Est-il donc vraiment une recrue au même titre que Seider et Zegras, qui sont âgés de 21 ans?

Certains y sont donc allés de blagues plutôt drôles par rapport à cette situation.

Mais le cas Bunting n’est pas du tout inhabituel lorsqu’on parle du Calder. Dans les dernières années, Artemi Panarin et Kirill Kaprizov ont remporté le prix malgré leurs 24 ans et de multiples années d’expérience dans la KHL.

Ces derniers n’avaient toutefois jamais joué dans la LNH, contrairement à Bunting.

Avant le changement des critères d’éligibilité, plusieurs scénarios surprenants ont eu lieu. Par exemple, Sergei Makarov avait remporté le prix lors de la saison 1989-1990 malgré ses 31 ans…

Est-ce que Bunting devrait être pénalisé en raison de son âge? Non, puisqu’il respecte les critères d’éligibilité. Statistiquement, il a été la meilleure recrue cette saison et il faut lui donner crédit.

Mais est-ce injuste qu’un joueur beaucoup plus vieux et expérimenté ait été finaliste à la place de quelqu’un comme Lucas Raymond ou Cole Caufield? Oui.

Il faudra voir si la LNH change encore ses critères d’ici quelques années. Il faut toutefois avouer que tout ce débat sur la définition d’une recrue est intéressant.

Il y a quelques années, une fascinante saga avait eu lieu dans la NBA entre Ben Simmons et Donovan Mitchell sur cette même question.

Mais les chances de voir le joueur des Maple Leafs remporter cet honneur sont plutôt minces. En effet, Seider est largement favori pour gagner le Calder. Il deviendrait ainsi le premier joueur des Red Wings à remporter ce trophée depuis Roger Crozier en 1964-1965.

En rafale

– Le québécois Benedict Mathurin, pressenti comme un choix top-10 au repêchage de la NBA en juin, sera à l’Antichambre demain!

– En parlant de NBA, Nikola Jokic vient tout juste de remporter le trophée MVP pour la dernière saison.

– Ce n’est pas la première fois qu’on l’entend celle-là.

– Bonne chance!

– Très vrai, mais la patience est loin d’être le fort des partisans du CH.

PLUS DE NOUVELLES