Carey Price a besoin d’aide (qui va au-delà de celle de la direction)

Carey Price a alloué six buts, hier, dans la défaite du Canadien en prolongation face aux Sabres. Lors de ses cinq derniers matchs, le #31 a alloué 22 buts, maintenant par le fait même un taux d’efficacité de ,853%.

Ce n’est pas bon. En tout cas vraiment pas assez pour donner une chance de gagner à son équipe.

Il faut tout de même souligner que Price ne doit pas être le seul à être blâmé pour les buts que l’équipe a encaissés depuis plusieurs matchs. Ses défenseurs doivent aussi prendre de meilleures décisions…

Ceci dit, Price a avoué hier, en point de presse, qu’il n’était pas assez bon et que le problème était dans sa tête. Il va bien physiquement, mais quelque chose ne tourne pas rond, en haut.

Depuis le début de sa carrière, rares ont été les moments où Carey Price paraissait aussi vulnérable qu’hier, après le match.

Mais le mal a l’air extrêmement profond. Bien plus profond que ce que certains pourraient s’imaginer.

Jean-Charles Lajoie, lui, croit qu’un psychiatre doit venir en aide au cerbère, et vite. L’animateur du 91,9 Sports a clairement laissé sous-entendre que le #31 souffrait de dépression.

Si les meilleurs psychiatres existent en ce bas monde et sont venus au secours de grandes vedettes telles que Tiger Woods, notamment, eh bien je dis que le Canadien doit trouver ces spécialistes, les embaucher, et leur permettre de voler au secours de Carey Price, parce que oui, Carey Price a besoin d’aide.

– Jean-Charles Lajoie

Lajoie croit que, au vu des dires de Price qui a admis avoir des problèmes d’ordre psychologique, le Canadien doit rappeler soit McNiven, soit Lindgren afin de permettre à Price de se rétablir, à l’image de Tuukka Rask qui a quitté les Bruins aujourd’hui pour des « problèmes personnels ».

Toujours selon l’animateur, ne rien faire pourrait directement mener à une transaction envoyant Price sous d’autres cieux qui pourraient s’avérer être catastrophiques, tout comme celle de Patrick Roy, il y a 23 ans.

Il espère réellement que le CH prenne la détresse de Price au sérieux.

Il faut traiter ce qui se passe avec le plus grand des sérieux. Le garçon a besoin d’aide. Ce n’est pas vrai qu’il est pourri du jour au lendemain (…) ça ne va pas bien dans sa tête.

– Jean-Charles Lajoie

Jean-Charles Lajoie a terminé son segment en faisant allusion à District 31…

En rafale

– À voir !

– Bonne chance, Pleky.

– Ayoye…

– Mauvaise nouvelle pour lui.

PLUS DE NOUVELLES