31 en 31 : Ryan McLeod, l’émule de son frère Michael

Durant tout le mois de mai, DansLesCoulisses effectue le décompte des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH.

En 2016, les Devils du New Jersey ont choisi Michael McLeod, un centre droitier efficace au 12e échelon du repêchage. À l’époque, on le comparait à un jeune Ryan Kesler, pour sa fougue et son intelligence dans son territoire. Sans dominer offensivement, Michael s’est fait reconnaitre dans la OHL par sa marque de commerce : sa vitesse.

Ryan McLeod, son petit frère éligible au prochain encan, possède des habiletés similaires, mais un peu moins de talent.

Offensivement parlant :

Note : C+

Un résultat sévère compte tenu des 70 points amassés par Ryan McLeod. Tout de même, celui-ci est l’un des joueurs les plus vieux du repêchage, ce qui signifie qu’il faut analyser ses statistiques avec un œil différent. Sans nécessairement posséder d’habiletés de marqueur, McLeod se distingue par son intelligence sur la patinoire. Son contrôle du disque et sa vision du jeu font de lui un bon passeur.

Défensivement parlant :

Note : A-

La maturité défensive de ce centre est hallucinante. Excellent tueur de pénalités, il parvient avec une aisance déconcertante à neutraliser les armes offensives adverses. Sa vitesse lui permet de remporter les batailles pour les rondelles libres et de couper les passes adverses avec brio. Courageux, il n’hésitera jamais à bloquer un lancer.

Physiquement parlant :

Note : B

Mesurant 6’2 et pesant 200 livres, McLeod a le physique de l’emploi. Il parvient à faire sa place devant le filet adverse puis à remporter ses bagarres le long des rampes. On aimerait simplement qu’il ait le côté méchant de son frère, qui manque un peu à son jeu…

Athlétiquement parlant :

Note : B+

Pas facile d’avoir un frère plus âgé…

Encore une fois, Ryan McLeod perd au jeu des comparaisons avec son ainé. Sa vitesse est impressionnante, alors qu’il est explosif dans les quatre directions, mais son explosion en ligne droite est inférieure à celle de son grand frère, qui défie les limites de la physique.

Quand le verra-t-on dans la LNH?

McLeod n’aura qu’une autre année à passer au niveau junior avant de graduer dans la Ligue américaine. Sachant cela, on pourrait estimer qu’il héritera d’un poste permanent dans la grande ligue dès 2021-2022.

Le plancher et le plafond?

Compte tenu de ses habiletés offensives limitées, on peine à imaginer McLeod dans un rôle au sein d’un top 6. Au mieux, il pourrait devenir un bon centre défensif de troisième trio. Malheureusement, dans la LNH d’aujourd’hui, on s’attend à un apport offensif de tous les joueurs. Dans ce contexte, il se pourrait que McLeod soit destiné à un rôle sur un quatrième trio… ou à une carrière en Europe.

Potentiellement Tricolore?

Encore une fois, il faudrait que McLeod chute jusqu’en deuxième ronde… ce qui n’est pas impossible! Apparemment, Trevor Timmins aimait bien son frère Michael, en 2016. Sachant que les deux joueurs possèdent un profil similaire, rien n’est impossible.

En rafale

– Pour Barry Trotz, il n’y a rien de plus important que la famille.

– Être le plus près ne signifie pas nécessairement avoir le meilleur potentiel.

– Sven Andrighetto a été suspendu pour une rencontre à cause d’un geste stupide.

– Ouch!

– La NBA a sa place à Montréal.

PLUS DE NOUVELLES