Une chicane de famille à cause de billets de saison du Canadien

Le sport crée une tonne d’émotions, qu’elles soient positives ou négatives. Des prises de bec, on peut en apercevoir dans les gradins, dans les rues à la suite d’une rencontre, dans les salons, dans les bars ou même sur les réseaux sociaux. S’obstiner avec son père, son frère ou son meilleur chum lorsqu’il est question de hockey, c’est une banalité pour les passionnés. Par contre, certaines fois, des histoires traversent une limite qui peut devenir une lutte réelle. C’est le cas de deux beaux-frères, qui sont les conjoints de deux soeurs… Les deux hommes détiennent des billets de saison du Canadien de Montréal depuis plus de deux décennies.

Louis Terzopoulos et Petros Sakaris sont les deux beaux-frères en question, qui se connaissent depuis 1991 et qui respirent la même passion pour le Canadien de Montréal.

Cette bagarre a débuté à la suite d’une dispute et l’un d’eux s’est approprié la paire de billets afin de la conserver pour lui. Bravo, champion! Cette chicane remonte à 2014, donc depuis cinq ans, les deux hommes sont en « guerre », comme deux enfants dans une cour d’école primaire. Bref, ils se sont procuré des abonnements en 1995, deux très bons sièges, qu’ils ont payés 22 500$ (donc 11 250$ chacun). Par contre, puisqu’un seul nom peut apparaître sur le contrat, celui-ci a été construit au nom de Petros Sakaris.

Au Centre Bell, les sièges du duo sont considérés parmi les meilleurs bancs du domicile du Canadien de Montréal. Ce n’est pas rien!

Cette guéguerre s’est amorcée en 2013, alors que Terzopoulos a divorcé. Les deux hommes n’étaient alors plus des beaux-frères. Dès lors, Sakaris a stoppé tout contact et a pris possession de la paire de billets pour lui seul. Par contre, ce récit s’est transporté devant les tribunaux au mois de juin dernier : Petros a admis qu’il avait refusé de donner des billets à Louis à cause des récriminations de sa belle-sœur contre ce dernier. Ce faisant, Petros s’est fait justice lui-même et a infligé ce qu’il estimait être une punition méritée.

Tout compte fait, Terzopoulos a reçu une somme de 44 809$ pour des billets qui valent 51 000 dollars, selon Ray Lalonde (expert en marketing). Après ce revers, l’avocat du perdant, Petros Salaris, a précisé que son client ira en appel… Donc, l’histoire n’est pas encore conclue.

PLUS DE NOUVELLES