Un populaire et prolifique attaquant de la KHL suspendu pour dopage

On m’a raconté une histoire la semaine dernière, celle d’un joueur de la LNH qui adore les prairies et qui souhaite maintenant poursuivre sa carrière dans la KHL. Pourquoi? Parce que les joueurs y sont moins testés… Et surtout très peu testés au niveau des drogues récréatives.

De plus, les restrictions imposées par la convention collective de la LNH ne sont pas respectées en Russie. Chaque ligue a son propre livre des règlements et sa propre entente joueurs – propriétairesBref, ce joueur veut aller jouer là où il pourra faire le party…

Il y a environ un an, on m’a aussi raconté l’histoire d’un joueur qui prenait des produits dopants alors qu’il évoluait dans la KHL. Son saut en Amérique du Nord en avait inquiété plusieurs. Finalement, tout aura été correct…

À force d’entendre ces histoires-là, on en vient à penser que la KHL est une sorte de colonie de vacances où pratiquement tout est permis…

Mais ce n’est pas (ou plus) le cas! Plusieurs choses y sont permises… Mais pas toutes!

Danis Zaripov, un ailier gauche de 36 ans ayant signé une nouvelle entente avec Ak Bars Kazan (une équipe pour laquelle il avait joué 12 saisons avant 2014), a été suspendu pour utilisation de substances illégales.

Zaripov a échoué un test la saison dernière et il ne pourra pas disputer un seul match au cours des deux prochaines campagnes (soit jusqu’au 22 mai 2019).

Il sera intéressant de voir si le Ak Bars Kazan tentera de poursuivre l’ancienne organisation de Zaripov (Metallurg) ou le joueur lui-même pour avoir caché certaines informations lors de la signature de son contrat.

Ça sent la retraite (forcée) pour Zaripov, étant donné son âge…

À noter que c’est l’IIHF qui a suspendu Zaripov, et non la KHL elle-même. On peut (sérieusement) se demander si la KHL aurait fermé les yeux sur cet incident si l’IIHF ne s’en était pas mêlée…

En fait, on peut se demander si ses yeux n’étaient pas fermées depuis la saison dernière. Certains parlent de malchance ce matin, pour expliquer le fait que Zaripov s’est fait prendre…

Le produit retrouvé dans le métabolisme de Zaripov est un stimulant. Des produits masquant et des substances augmentant la sécrétion urinaire (donc l’évacuation du stimulant) ont aussi été retrouvés.

À noter que Zaripov a représenté la Russie aux Jeux de Vancouver, qu’il ne pourra fort probablement pas le faire en Corée, que sa suspension ressemble à celle de Jarred Tinordi (mais plus sévère)… Et que publiquement, la Russie (ministre du sport notamment) condamne le geste de Zaripov.

Ah oui… Zaripov devrait aller en appel (avec je ne sais pas trop quels arguments).

Et deux autres joueurs ont aussi été suspendus : Derek Smith (un an) et Andrei Konev (quelques mois seulement).

MISE À JOUR – Zaripov pourrait théoriquement évoluer dans la LNH la saison prochaine, selon Igor Eronko (et Rene Fasel).

PLUS DE NOUVELLES