SLBAM : Qui dit pire entre Pierre Gervais et Michel Therrien?

Me revoilà reparti officiellement avec mes chroniques DansLesCoulisses et wow, vous avez parlé encore une fois, mais je ne peux malheureusement pas tous vous écrire. Plusieurs emails cette semaine d’ailleurs, que j’ai pris le temps de répondre en privé.

Allons dans le vif du sujet immédiatement.

La saga Pierre Gervais semble être chose du passé et j’en suis bien heureux. Pour moi, c’était une tempête dans un verre d’eau et nous avons même vu José Théodore s’en mêler et prendre le côté de Gervais. J’ai pris cet article-là en exemple, mais ça aurait pu être n’importe qu’autre et avant qu’on me dise quelque chose, je n’ai absolument rien contre Michel Therrien. Au contraire, il a été un modèle dans ma carrière d’entraîneur et j’ai eu la chance de le voir aller lorsque j’étais jeune et qu’il était avec les Prédateurs de Granby.

Ma question est : en quoi ce message véhiculé est moins grave que ce que Pierre Gervais a mentionné? Je trouve cela juste dommage de voir tout ce cirque, malheureusement.

Juraj Slafkovsky, il en aura fait couler de l’eau sous les ponts depuis que nous avons entendu son nom lors du dernier draft. Je me souviens encore comme si c’était hier. J’étais au terrain de soccer de ma plus vieille, elle était en plein milieu d’un match et j’ai dû expliquer aux gens dans les estrades qui était Slafkovsky et aussi, qui était Dach puisque quelques minutes plus tard, on annonçait l’échange. Bref, les gens n’étaient pas chauds à toute cette idée.

Tout cela pour venir dans le vif du sujet, Slafkovsky devrait ou ne devrait pas aller au Championnat mondial junior? Parlons de la réalité de la LNH. À avoir parlé à plusieurs entraîneurs depuis plusieurs années, la majorité aimerait bien voir leur jeune joueur participer au Championnat junior pour non seulement l’expérience, mais pour apporter du leadership, avoir du temps de jeu, être utilisé dans toutes les situations possibles et j’en passe.

Lorsque je parle de la réalité de la LNH, on parle de la meilleure ligue au monde et que, une organisation et un personnel de hockey est jugé sur les performances et un petit peu sur le développement. Avant, je ne comprenais pas le pourquoi les équipes n’envoyaient pas leur jeune joueur et maintenant, je comprends. La LNH est un business, un business qui rapporte de l’argent, mais aussi, une business que même la moins bonne équipe veut gagner des parties. Juraj, avec un temps de jeu de 11:03 en moyenne, reste meilleur que n’importe quel joueur qui ne joue pas pendant le match du Canadien et meilleur que les joueurs du Rocket de Laval.

Donc, si on prend l’optique que la LNH est une ligue de performance, on parlerait d’enlever un produit qui est supérieur (même s’il joue sur la 4) pour le remplacer par un produit inférieur pour une durée de quelques semaines. Donc on affaiblit le produit (Canadien de Montréal).

Vous me voyez venir. Voilà pourquoi on ne voit pas souvent de jeune joueur régulier dans la LNH descendre pour le tournoi. Est-ce que j’aimerais voir les meilleurs chaque année, OH QUE OUI, il devrait même y avoir une pause pour cela ou trouver un moyen de les envoyer. Par contre, les dernières années avec des blessures à des joueurs clés font reculer aussi les organisations.

NCAA sans hésitation. Il est dominant oui, mais il doit continuer à se développer, jouer des parties, jouer des minutes. Ayant trois recrues comme défenseur présentement, l’organisation ne pourra pas se permettre d’en rajouter une quatrième cette saison (fin de l’année NCAA) et/ou de commencer la prochaine saison avec quatre défenseurs ayant moins de deux ans d’actif dans la LNH.

Est-ce qu’en ce moment il est bon? Oh oui. Au-delà des attentes. Mais il ne faut pas penser qu’il est fin prêt pour la LNH et qu’il devrait monter le plus rapidement possible. Laissons-lui le temps, des années de plus dans la NCAA ne vont certainement pas lui nuire. Ce qu’il arrive aussi est que statistiquement parlant, il excelle. Mais il doit peaufiner sa game en général aussi. Chose que beaucoup de gens ne regarde pas puisqu’il voit juste les highlights et non pas une partie complète.

Je ne connais pas assez les autres sports pour faire une belle et une vraie comparaison. Pas que je ne regarde pas les autres sports, mais je les regarde vraiment comme amateur sans tout connaitre. La problématique du hockey est qu’un soir donné, ce qui était acceptable la veille dans une partie Colorado-Washington, bien ne sera pas acceptable pour la partie Montréal-Winnipeg, par exemple.

L’autre chose qu’on voit beaucoup et avec l’expérience derrière le banc, en tant qu’entraîneur, lorsqu’un arbitre appelle une punition rapidement en début de partie, la majorité des entraîneurs vont regarder l’arbitre et lui dire, tu viens de mettre les standards pour la rencontre, j’espère qu’ils resteront les mêmes (chose qui malheureusement n’arrive jamais).

L’autre partie du problème est que les punitions sont au jugement. Georges Laraque et Maxime Truman ont déjà fait un segment plus tôt cet été à savoir si les arbitres devraient tout appeler ou pas. Max disait que oui et Georges non. Il est impossible d’appeler 100 % des punitions et non, les joueurs ne s’ajusteraient pas. On pourrait voir du 3 c. 3 pendant 60 minutes complètes. À partir de ce moment-là, les arbitres vont essayer de choisir les « bonnes » punitions et de ne pas avoir d’impact dans la partie.

Mais peu importe, il y aura un impact lorsqu’ils vont appeler ou pas une punition. Maintenant, si on regarde en séries éliminatoires, oui, le hockey change et c’est OK. Mais le nombre de punitions devient beaucoup plus serré. Lorsqu’une équipe prend les devants en termes de punition, donc par exemple une équipe a reçu quatre punitions et l’autre aucune, il n’est pas rare qu’au final, les deux équipes terminent avec quatre punitions chaque. Donc parfois, de ne pas vouloir influencer la partie ne fonctionne pas : elle est influencée de toute façon et l’impact est négatif pour une des deux équipes.

Je ne suis pas assez le Rocket de Laval pour me prononcer à 100 %, mais surtout, je ne connais pas tous les formalités des contrats disponibles, rappels ou autres. Cependant, avec 20 points en 21 parties, 13 buts pour le deuxième rang des meilleurs buteurs, il mérite un rappel, c’est évident. La différence entre un rappel entre lui et Rafaël Harvey-Pinard, par exemple, sera le rôle employé dans le match avec les Canadiens.

Je ne vois pas Richard jouer sur une 4 avec les Canadiens, pas convaincu qu’il performerait là. Mais, si à un certain moment, tu n’as quand même pas d’autre place. Par principe et vu la saison qu’il connait, on pourrait le faire monter un match et lui donner l’opportunité de jouer un premier match avec le Canadien.

Est-ce qu’il peut être pire que Dadonov/Drouin/Hoffman cette saison? Non, je ne crois pas. Les joueurs mentionnés ont atteint un seuil faisant que la majorité des partisans de Montréal ne veut plus les voir dans l’alignement.

Mais avec le nombre de contrats, il faut toujours être prudent. Avec la date limite des échanges, il ne faudrait pas rester surpris de voir quelques joueurs de la LAH avoir des essais avec le grand club.

Non, aucune comparaison n’est possible pour le premier choix au total et s’il y a une comparaison à faire, on doit parler de Bedard contre Fantilli. Pourquoi Michkov n’est pas un comparable avec Bedard? Pour deux raisons très simples et non, ce n’est pas à cause du talent, je vais y revenir.

La première raison est à cause de ce qu’il se passe en Russie présentement. Les équipes ne savent pas s’il pourrait quitter ou pas la Russie advenant son désir de quitter (juste à penser à Ivan Fedotov des Flyers cette saison). Michkov joue pour le SKA aussi, donc pas vraiment évident.

La deuxième raison est que Michkov est sous contrat dans la KHL jusqu’en 2025-2026. Donc sachant que tu pourrais avoir un joueur incroyable, mais qu’il ne pourrait pas venir avant la saison 2026…

Je me penche sur un joueur top-5 au classement avant lui, malheureusement. Il y a trop de questions avec la Russie, la KHL, son contrat pour prendre une chance dans une année de repêchage où on parle d’une des meilleures années depuis longtemps.

Non, mais, est-ce incroyable? Le classement a changé un tout petit peu depuis, mais reste qu’il y a énormément de pays différent dans les meilleurs pointeurs et j’aime voir cela. Plus que nous pouvons rejoindre le monde entier avec le hockey, meilleur le hockey est, tout simplement. Le fait de voir McDavid au sommet n’est pas une surprise non plus.

De mon côté, je ne vois pas cela comme le Canada est moins fort qu’avant et le hockey n’est plus ce qu’il était. Oui, autant au Canada que dans chaque province, tous pourraient s’améliorer. Mais je vois surtout cela comme une chance à d’autres pays, qui voilà pas si longtemps étaient tellement loin derrière, de venir rattraper la planète hockey et ensuite, s’élever tout le monde ensemble pour atteindre le prochain niveau.

Il ne faut pas oublier qu’il y a une différence entre partir complètement en bas et arriver au sommet (ce qui est plus facile) que d’être au sommet et y rester (beaucoup plus difficile). D’aller chercher un petit quelque chose de plus lorsque tu es au sommet est davantage difficile. Comme en course, lorsque tu bats le record, bien il est possible que tu passes énormément de temps pour trouver comment t’améliorer de 0.01 seconde.

Je vous dis au revoir et à la semaine prochaine. Ne soyez pas gênés de venir me poser des questions sur tout au @Mitch_Giguere, même sur comment normalement ça ce passe au niveau professionnel, dans une chambre ou autour. Vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux un peu partout. Si vous cherchez une activité à faire en ce dimanche. Au CEPSUM de Montréal, vous pouvez venir assister à une grosse rivalité entre les Carabins de l’Université de Montréal et les Stingers de Concordia. Des parties serrées et enlevantes entre les deux équipes depuis le début de la saison. La partie commence à 14h.

PLUS DE NOUVELLES