Prêt à passer par la ECHL s’il le faut pour un jour jouer à Montréal

La vie de tout le monde a changé drastiquement depuis la crise de la COVID-19. Personne n’y échappe, pas même les athlètes!

Des sportifs ont vu leur saison être suspendue, leur calendrier de compétitions chamboulé et/ou leurs entraînements devenir presque impossibles. Certains devront peut-être même prendre leur retraite hâtivement ou dire adieu à leur rêve olympique.

Chez les hockeyeurs professionnels, certains devront aussi accrocher leurs patins plus tôt que prévu et plusieurs verront leur contrat se terminer en juin, avec une incertitude quant à ce qui se passera pour eux en juillet.

Pour Raphaël Harvey-Pinard, choix de septième ronde du Canadien l’été dernier, le quotidien a changé brusquement. Et il a disputé son dernier match junior sans le savoir…

Harvey-Pinard s’est entretenu avec Nicolas Cloutier, un ancien chroniqueur chez DansLesCoulisses.com désormais à l’emploi de TVA Sports, durant le weekend. Il lui a confié comment il vit la triste fin de sa carrière junior (alors qu’il rêvait de remporter la Coupe du Président et la Coupe Memorial avec son excellente équipe des Sags), comment il se prépare déjà tranquillement pour le camp des recrues du Canadien et comment il espère recevoir une offre de contrat de la part de Marc Bergevin.

Au moins, Harvey-Pinard aura eu la chance de remporter la Coupe du Président et la Coupe Memorial en 2019 avec les Huskies.

L’attaquant petit format – il ne mesure que 5’9 – n’a qu’un (nouvel) objectif en tête : percer la formation du Rocket de Laval l’automne prochain et ce, même si les discussions ont été rares entre le CH et le clan Harvey-Pinard. Normal, le CH a d’autres priorités pour l’instant.

Il ne pense qu’à ça présentement!

Par contre, tel que mentionné par Cloutier dans son texte, le CH devra faire des choix. Il possède actuellement un gros bassin d’espoirs et 14 choix au repêchage en 2020. Avec la limite des 50 contrats actifs qu’une équipe peut avoir, Harvey-Pinard devra peut-être se contenter d’un contrat de la Ligue américaine afin d’entamer sa carrière professionnelle.

Et si son aventure pro doit commencer dans la ECHL, le principal intéressé ne se laissera pas abattre.

« J’accepterais de passer par là, a-t-il fait savoir. C’est sûr qu’à court terme, mon objectif, c’est vraiment le Rocket. Mais s’il faut que je passe par la ECHL, c’est certain que je vais le faire. » – Raphaël Harvey-Pinard

Maudit que ce serait plus facile de passer par la ECHL si le Canadien avait un club-école à Trois-Rivières…

Harvey-Pinard est reconnu pour sa fougue et son éthique de travail. Il a récolté plus d’un point par match lors de ses trois dernière saisons dans la LHJMQ, de même que durant les séries éliminatoires qui suivaient ces saisons-là. On peut facilement s’imaginer que Joël Bouchard aimerait travailler avec RHP.

Harvey-Pinard souhaite prendre du coffre durant l’entre-saison, mais il souhaite aussi améliorer sa vitesse sur la glace. Pour cela, il va toutefois falloir que les arénas rouvrent un moment donné…

On souhaite bonne chance au jeune athlète et on espère qu’on pourra aller l’encourager en octobre à la Place Bell. Ça voudrait dire que la crise de la COVID-19 est officiellement derrière nous…

PLUS DE NOUVELLES