Philippe Cantin est indisposé de la nomination de Jeff Gorton

Le Canadien a choisi dimanche dernier un vice-président, anglophone, des opérations hockey en Jeff Gorton. C’est une nomination qui est plus qu’intéressante au niveau hockey.

Et pourtant, ici on ne parlera pas strictement que de hockey, mais aussi de la langue parlée des hauts dirigeants du Canadien.

Philippe Cantin est parmi ceux qui reprochent à Geoff Molson de ne pas avoir fait confiance à un Québécois.

Il conteste ainsi le fait que c’est probablement un anglophone qui va prendre les décisions importantes chez le CH.

«Le Canadien a choisi une personne qui ne parle pas du tout français pour diriger son secteur hockey. Je comprends qu’on va embaucher un directeur général bilingue, mais je pense qu’il ne faut pas être naïf. Jeff Gorton est déjà à l’œuvre, c’est lui qui va prendre les décisions, c’est l’homme de confiance de Geoff Molson. Il va peut-être faire un job exceptionnel et c’est que je souhaite. Mais je ne peux pas faire autrement que regretter cette période où c’était un Québécois francophone qui dirigeait le Canadien»

– Philippe Cantin

Et il ajoute ceci :

«Si c’est vrai qu’on peut avoir un vice-président senior anglophone avec un directeur général bilingue. Est-ce que ça se pourrait qu’un jour que le Canadien nous réserve la même structure derrière le banc? Un entraîneur-chef anglophone avec un entraîneur associé francophone. Ça m’inquiète un peu. C’est important que le Canadien demeure la porte d’entrée pour le talent francophone dans la LNH. Pas seulement pour les joueurs, mais aussi pour les gestionnaires, les recruteurs, les entraîneurs. Ça fait partie de sa responsabilité sociale»

– Philippe Cantin

Je comprends l’avis de Philippe Cantin. Je souhaite également qu’il y ait des francophones et, si possible, des Québécois dans l’organisation. En même temps, je me dis qu’il faut la meilleure expertise possible en hockey. Je suis donc très ambivalent face à la question.

En fait, ce que je souhaite, c’est de voir les meilleures têtes de hockey de la LNH être impliquées avec le CH. Présentement, il y a tout de même plusieurs noms qui sont Québécois et qui auraient la capacité de diriger le Canadien de Montréal.

Je crois plutôt, contrairement à Philippe Cantin, que le travail va être fait en collégialité entre le vice-président hockey et son DG. En fait, je crois que le DG va juste être « challengé » par son vice-président hockey et cela garantira que la meilleure décision soit prise.

On verra dans le temps comme dans le temps. Il restera au vice-président et au propriétaire de trouver la meilleure personne qui peut occuper le poste de directeur général.

À suivre, donc!

PLUS DE NOUVELLES