Perry, Staal et Weber sont les vétérans qui ont pris la parole avant les sept victoires

Le Canadien a changé de visage entre le match #4 et le match #5 en première ronde.

Après quatre rencontres, le Canadien n’avait inscrit que quatre buts et il en avait accordé 12.

Depuis, il n’a pas perdu un seul match. En fait, il n’a même pas tiré de l’arrière une seule seconde…

On avait entendu dire que des vétérans s’étaient levés lors d’une réunion d’équipe, le lendemain du match #4. Lundi soir, Dominique Ducharme nous a indiqué qui étaient ces vétérans : Eric Staal, Corey Perry et Shea Weber.

Alors que l’équipe venait de disputer trois matchs sans grandes émotions, Dominique Ducharme a eu l’idée de donner la parole à ses vétérans durant un meeting d’équipe d’entre matchs.

« J’ai parlé d’une opportunité qu’on avait. J’ai posé la question à certains vétérans : combien de fois ont-ils eu la chance de faire quelque chose de spécial ? Un gars comme Shea a parlé de son expérience. Corey a aussi parlé de ses expériences, tout comme Staal. Je crois que tout le monde a réalisé que ce n’est pas évident. Ce n’est pas facile être dans les séries dans la LNH. Aujourd’hui, il y a 15 équipes qui ne font pas les séries. Quand tu as une chance d’être là, il faut en faire le plus possible avec cette chance. À partir de là, notre jeu a vraiment monté d’un cran. » – Dominique Ducharme

Tel que le souligne Jean-François Chaumont dans son texte, Shea Weber n’avait jamais atteint le troisième tour durant sa carrière. C’est probablement cette année ou jamais pour le capitaine des Canadiens…

Eric Staal a remporté la Coupe Stanley en 2006, puis il n’a plus jamais goûté aux grands honneurs dans la LNH. Il s’est incliné en demi-finale en 2009.

Corey Perry a remporté la Coupe en 2007, lui. Depuis, il a atteint la finale l’été dernier, puis la finale de l’Ouest en 2015 et en 2017. Il n’a plus jamais été en mesure de boire dans la Coupe.

Bref, Weber, Perry et Staal ont su rappeler de la bonne façon aux plus jeunes que des opportunités de tout gagner, tu n’en as pas tant que ça durant une carrière… qu’ils avaient une bonne équipe présentement et qu’il fallait à tout prix tenter de se rendre jusqu’au bout cette année. On connaît la suite.

Quand de tels vétérans parlent, tu les écoutes. Surtout si tu es un joueur dans la jeune vingtaine.

On ne sait pas si Carey Price a pris la parole ce jour-là, mais il doit encore avoir sur le cœur l’année où le CH s’est rendu en finale de l’Est… et qu’il s’est blessé au genou suite à un contact avec Chris Kreider (2014).

Est-ce que cette motivation, qui a métamorphosé le Canadien, saura prolonger le parcours du Canadien. Affronter la meilleure équipe de l’Ouest qui jouera devant une salle comble ou presque, ce ne sera pas un défi de tout repos. Et les gars le savent.

PLUS DE NOUVELLES