Oliver Ekman-Larsson à Montréal, c’est plus logique qu’on le pense

Le Canadien a besoin d’aide en attaque, en 2020-2021. Carey Price aura beau continuer à accorder un ou deux buts par match, son équipe ne réussira pas à gagner tant qu’elle n’aura pas davantage d’options en zone offensive. Ça passe peut-être par un attaquant, ou peut-être faut-il tout simplement laisser les jeunes se développer et attendre l’arrivée de Cole Caufield et Jesse Ylonen.

S’il y a bien une certitude, c’est que le Canadien aura besoin d’un plan d’avenir concret chez les défenseurs gauchers. Bien que Ben Chiarot ait été efficace en séries, il n’est pas un défenseur top 2. Bien qu’Alexander Romanov soit prometteur, il n’y a pas de certitude qu’il sera un top 2 – et même là, ça prend plus qu’un bon défenseur de chaque côté, entendons-nous là-dessus.

Pendant ce temps, les astres semblent s’aligner entre Montréal et Phoenix.

C’est que les Coyotes de l’Arizona ont besoin de choix au repêchage, après en avoir perdu deux en raison d’un scandale de tricherie et un pour avoir fait l’acquisition de Taylor Hall.

Le Canadien a plein de choix au repêchage… Et plein d’espace sous le plafond salarial.

Et si Marc Bergevin tentait de faire de son 16e choix la pièce principale d’une offre déposée aux Coyotes pour le défenseur gaucher Oliver Ekman-Larsson?

Quelques obstacles se dressent toutefois dans le chemin du Tricolore :

1. Le prix risque d’être très élevé. Même si le Canadien a beaucoup de choix, Marc Bergevin n’a pas l’habitude de dépenser beaucoup. Il ne veut certainement pas se départir d’Alex Romanov ou Mattias Norlinder.

2. Ekman-Larsson est payé plus de huit millions de dollars par année. Lorsque Danault, Tatar, Gallagher et Petry auront besoin de nouveaux contrats, pourra-t-on encore absorber son salaire sans problème?

3. Ekman-Larsson a quand même 29 ans, au moment où on se parle. Pendant combien de ses sept années de contrat jouera-t-il à un niveau qui justifie son salaire?

Il y aurait moyen de discuter et de voir ce qu’il y a à faire avec ce dossier. Marc Bergevin devrait au moins s’enquérir du prix du défenseur gaucher. Les Coyotes sont-ils même intéressés à se départir de ses services? Il se peut très bien que non.

Le Suédois a marqué 30 points en 66 matchs en 2019-2020, après deux saisons consécutives de 40 points. Un changement d’air pourrait lui faire du bien, à Montréal…

Aimez-vous l’idée?

PLUS DE NOUVELLES