Michael McNiven accuse le Rocket de l’avoir forcé à jouer en étant blessé

Ça fait déjà quelques années que Michael McNiven roule sa bosse dans l’organisation du Canadien. Sans nécessairement être l’un des espoirs les plus vantés dans l’organigramme (à moins d’être Don Cherry et de dire qu’il est le « prochain Carey Price »), il fait du travail honnête et il a enfin la chance d’être dans la LAH pour l’entièreté de la saison 2021-22.

Le problème, c’est que cette chance est en train de virer au cauchemar pour McNiven. Ce n’est pas une surprise pour personne : le Canadien a de grandes attentes envers Cayden Primeau et on veut que ce dernier garde les buts aussi souvent que possible à Laval. Évidemment, ça fait en sorte qu’il gruge beaucoup de minutes et que McNiven n’a pas la chance de se faire valoir.

Sauf que l’histoire est en train de prendre des proportions assez majeures. En fait, selon les dires de McNiven, le Rocket aurait refusé de le retirer d’un match disputé il y a deux semaines, et ce, même s’il n’était pas en mesure de continuer. On peut comprendre que ça n’a pas été fait parce qu’on voulait préserver Primeau.

En fin de compte, McNiven a été forcé de terminer la première période. Il a accordé trois buts en étant incommodé, et ce, même s’il a demandé à quitter.

Non, ce n’est pas idéal.

McNiven a souvent été le bouc émissaire des gardiens chez le CH. Il y a quelques années, c’est lui qui avait été rétrogradé pour faire de la place à Primeau dans la LAH, et ce, même si McNiven avait été meilleur que l’autre gardien du Rocket, Charlie Lindgren.

Voici ce qu’il avait à dire au sujet de son statut dans l’organisation :

On ne m’a rien dit, mais tout le monde a des yeux, ce n’est pas difficile à voir. C’est toujours la même chose. Cayden est leur gars. Je dois continuer de travailler et faire du mieux que je peux, mais au bout du compte, c’est difficile quand on sait que les dés sont pipés.

J’ai signé ici il y a presque huit ans (sic) et j’ai toujours été dans la même position. Chaque fois qu’ils m’ont donné un objectif à atteindre, je l’ai surpassé, mais ils continuent de me renvoyer en arrière de la ligne. C’est juste comme ça que ça marche ici. – Michael McNiven

En analysant la situation froidement, on peut croire que McNiven est plus prêt pour la LNH que Primeau. Âgé de 24 ans, il a toujours accompli le travail, et pourtant, il ne fait que reculer dans l’organigramme des gardiens.

Oui, il faut développer Primeau et lui donner le plus de départs possible, mais un gars comme McNiven doit avoir droit à sa chance, lui aussi. Il n’a rien fait pour mériter de reculer année après année, et ce, même s’il s’améliore.

On verra donc ce que l’avenir réserve à McNiven, mais on commence à sentir qu’il est tanné d’être membre d’une organisation qui ne semble pas croire en lui. Disons que je ne serais pas surpris de le voir quitter le Canadien d’ici le début de la prochaine saison…

PLUS DE NOUVELLES