Guillaume Lefrançois croit que le Canadien a ce qu’il faut pour être la « plus grosse surprise »

Mathias Brunet, Simon-Olivier Lorange, Guillaume Lefrançois et Véronique Lauzon ont échangé avec les partisans du Canadien hier soir. Le tout s’est déroulé à 20h00 sur la page Facebook de La Presse… en même temps que le match Impact vs Toronto FC (que l’Impact a d’ailleurs échappé en raison de ses multiples erreurs d’école, dixit Thierry Henry lui-même). Vous comprendrez que je n’ai pas suivi ce live hier soir, mais que je me suis repris ce matin…

Véronique Lauzon est l’animatrice d’un live par mois sur la page Facebook de La Presse. Hier, le retour du hockey était au menu.

Voici les questions/réponses/commentaires qui ont attiré mon attention.

Simon-Olivier Lorange croit que le Canadien et les équipes 21, 22 et 23 auraient pu être laissées de côté pour ce tournoi estival sans qu’il y ait trop d’incompréhension. On aurait pu faire ça à 20 équipes.

Mathias Brunet a rappelé que 24 équipes, c’était plus d’argent et moins d’équipes qui ne jouent pas durant 10 mois.

Brunet a confié que les joueurs ont l’habitude de ne pas avoir trop d’inconnu dans leur vie. Tout est toujours booké au quart de tour. Les deniers mois, alors que les rumeurs quant à ce tournoi étaient nombreuses et divergentes, n’ont pas été faciles pour plusieurs d’entre-eux. C’est pourquoi plusieurs joueurs ne voulaient rien savoir de ce retour à la compétition au départ. Ceci dit, l’argent a parlé, aussi.

Simon-Olivier Lorange a rappelé que malgré toutes les (excellentes) mesures mises en place par la LNH, on pourrait toujours assister à l’annulation du tournoi éliminatoire ou à l’exclusion d’une équipe. Il faudra savoir éviter les éclosions. Mathias Brunet a rappelé que malgré des difficultés en début de tournoi, ça va bien présentement dans la MLS.

Guillaume Lefrançois a confié qu’il allait être pas mal moins intéressant pour un joueur de hockey de sortir de sa ville bulle à Edmonton ou Toronto que si le tournoi avait eu lieu à Vegas. De plus, le risque de se faire reconnaître dans la population est beaucoup plus grand dans ces villes canadiennes qu’au Nevada.

Selon Brunet, jouer au hockey cet été permet d’avoir pu présenter du hockey si jamais il y a une deuxième vague et un gros confinement l’hiver prochain.

Lefrançois a avoué qu’à moins de voir les joueurs vedettes de plusieurs équipes qui seront éliminées attraper la COVID-19, la Coupe Stanley 2020 n’aura pas d’astérisque à côté de son nom. Presque tous les joueurs sont en santé et elle sera très difficile à remporter!

Pas mal tout le monde croit que le manque de talent brut et le peu de profondeur du CH – qui a connu de très longues séries de défaites, échangeant quatre joueurs en deadline – enverront le Canadien rapidement en vacances, quoi que Mathias Brunet semble y croire un peu plus que les autres. Le premier match aura vraiment son importance dans un trois-de-cinq.

Mathias Brunet a reconnu que la troisième paire du Canadien est un gros point d’interrogation présentement, alors que Lefrançois croit que le CH pourrait causer la plus grande surprise de la première ronde.

Guillaume Lefrançois a indiqué que la LNH avait invité les journalistes à se déplacer dans les villes bulles… tout en n’ayant pas accès à grand chose. Conférences sur Zoom comme tout le monde, salle de bain et eau, that’s it!

Lefrançois sera à Toronto, mais il ne sera ni admis dans les hôtels des joueurs ni dans les sections auxquelles les joueurs ont accès dans l’aréna. Il ne sera pas testé régulièrement, mais il devra prendre sa température à répétition.

Les trois chroniqueurs semblent croire au potentiel de Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi face aux gros joueurs de centre des Penguins. Si ça arrive, il y aura matière à être positif pour les prochaines saisons aussi.

Je vous invite à regarder vous-mêmes la vidéo de cet entretien ICI. Plusieurs trucs intéressants y ont été discutés.

PLUS DE NOUVELLES