Martin McGuire explique pourquoi le CH n’est pas pressé pour la phase 2

Martin McGuire, lors de sa chronique quotidienne sur le 98.5 Sports, a dialogué pendant une vingtaine de minutes (avec Jérémie Rainville) et à travers son discours, je retiens ceci : La prochaine saison devra compter 82 matchs et quatre rondes des séries. La LNH avance dans le dossier de la campagne 2020-21. J’ai également été attiré par les propos de McGuire au sujet du Canadien de Montréal et du fait que la phase 2 pourrait ne pas s’amorcer de sitôt au complexe de Brossard.

Si François Gagnon indiquait le manque de leadership de Geoff Molson, qui semble oublier l’image de son club en n’ouvrant pas la phase 2 maintenant, McGuire pousse vers une autre direction, lui. La voix radiophonique du Canadien a plutôt tourné cette non-ouverture de la phase 2 vers la ville de Montréal qui a été gravement touchée par cette pandémie. Il a amplement raison. Avec cette donnée, ça devient facile de comprendre pourquoi Brendan Gallagher pourrait ne pas être enjoué de s’en venir dans la métropole francophone dès maintenant. Dans l’Ouest, la pandémie a été mieux contrôlée.

Il attendra fort probablement à la dernière minute.
(Crédit: Capture d’écran : Twitter)

Si la majeure partie des joueurs du Canadien demeure à l’extérieur, ça ne pressera pas pour l’ouverture du Complexe sportif Bell, qui a quelques petites réparations à effectuer. Actuellement, il n’y a que Paul Byron et Jonathan Drouin qui sont demeurés près de l’équipe et qui pourraient s’entraîner ensemble. Les autres ont tous quitté vers leur domicile estival. Tomas Tatar, par exemple, est retourné chez lui, en Slovaquie, afin de vivre son confinement là-bas.

Au final, Molson manque certes de leadership, il n’a peut-être pas pensé à l’image de son organisation, et Gagnon avance d’excellents points, mais dans l’équation, il ne faut pas omettre les joueurs et la ville. Ces joueurs-là ne veulent pas prendre de risques pour leur santé et puisque Montréal est pas mal malade (à cause de la COVID-19), ça donne un autre élément de réflexion aux journalistes et aux amateurs de l’équipe.

PLUS DE NOUVELLES