20 000$ en prix à gagner!
Inscris-toi gratuitement à notre superpool.
Inscris-toi gratuitement à notre superpool.
20 000$ en prix à gagner!

Mario Tremblay vend ses bagues de la Coupe Stanley parce que ses petits-fils ne les veulent pas

Je ne connais pas le feeling, malheureusement. Mais gagner la Coupe Stanley, c’est spécial.

On le voit quand les gars ont la chance de soulever le trophée. Habituellement, les joueurs ont un énorme sourire au visage, des fois ils pleurent de joie tellement que c’est un bel accomplissement… Et le sentiment doit être le même lorsqu’ils reçoivent leur bague de la coupe.

Mario Tremblay peut se vanter d’avoir vécu le rêve de tous les petits culs, et ce, à cinq reprises puisque l’ancien du CH a remporté cinq Coupes Stanley lors de sa carrière de joueur avec le CH.

On lit dans un texte du Journal de Montréal qu’il a perdu sa bague de la conquête en 1976, qu’il veut conserver sa bague de 1986…

Mais Mario Tremblay a aussi décidé de mettre en vente ses bagues des conquêtes de 1977, 1978 et 1979 dans un encan parce que ses petits-fils ne les veulent pas.

 Mes petits-fils ne les veulent pas, alors tant qu’à les avoir dans un coffret de sûreté, aussi bien les vendre. – Mario Tremblay

Mario Tremblay explique qu’il souhaite garder la bague de 1986 parce qu’il l’avait donné à son père, mais il l’a récupéré lorsque ce dernier est décédé.

La bague a une valeur sentimentale. 

Les bagues qui sont aux enchères présentement pourraient se vendre « entre 10 000 et 15 000 dollars » selon Marc Juteau (propriétaire de l’entreprise québécoise Classic Auctions),  homme avec qui Mario Tremblay fait affaire pour la vente de ses souvenirs.

Quel est son plan, après avoir vendu ses bagues?

Gâter ses enfants et ses petits-enfants. Un choix que je respecte beaucoup.

À la base, celui qui a pris sa retraite de l’Antichambre voulait gâter sa famille en lui donnant des bagues de la Coupe Stanley. Et là, il décide de la gâter avec l’argent qu’il pourra récolter en vendant cesdites bagues.

Ça revient au même, dans le fond. Et c’est tout à son honneur.

PLUS DE NOUVELLES