Marc Bergevin à TSN 690 : 10 choses à retenir

Marc Bergevin s’entretenait avec Tony Marinaro (TSN 690) vers 11h ce matin et il a été appelé à commenter une panoplie de dossiers importants. En 30 minutes, il a presque couvert l’entièreté du territoire et de ses acquisitions.

À travers tout ça, difficile de s’y retrouver. On peut toutefois vous aider. Voici un résumé des 10 choses à retenir de cet entretien.

1. La barre est haute pour Jonathan Drouin

Est-ce une année charnière pour Jonathan Drouin? Comme le mentionne Marinaro, on peut pas tout simplement dire qu’il est jeune pour excuser sa production à la fin de chaque saison.

Le DG du Canadien a avoué que les attentes étaient élevées envers le Québécois en 2021. Il est temps de le voir éclore.

«La barre est haute à l’interne. Il est focus. Il est engagé. Je m’attends à de grandes choses.»

2. Les unités spéciales, ce qui fera la différence?

Tout d’abord, Bergevin juge que le Canadien aura un bien meilleur avantage numérique cette saison. Ensuite, il a commenté l’importance que l’unité d’infériorité numérique produise. C’est simple : il y a trop de gros canons dans la Division Nord pour leur laisser de l’espace.

«Avec notre vitesse, on a l’avantage d’être agressif. Si on laisse trop de temps et d’espace aux gros joueurs… Ils vont te brûler. Avec Price et Jake dans le filet, s’ils voient le tir, ils vont l’arrêter. On est parmi les plus grosses brigades défensives.»

3. L’avis de Rob Blake sur Tyler Toffoli

Marc Bergevin a demandé à Tyler Toffoli s’il était à l’aise de jouer à gauche. Néanmoins, il avait passé un coup de fil à quelqu’un d’autre avant de le faire et se dire all-in sur Toffoli.

Il a passé un coup de fil à Rob Blake, qui a été très positif envers son ancien joueur.

«Je l’aime. J’aime ses sens, son jeu sur l’avantage numérique et le désavantage numérique, et je savais que Gally et Josh sont des ailiers droits avec Joel Armia. Je voulais être sur qu’il soit confortable. J’ai aussi parlé à Rob Blake à LA. Il m’a dit qu’il était tellement intelligent qu’il pouvait jouer aux deux ailes.»

C’est à ce moment qu’il a décidé de se lancer à 100%.

4. Évidemment pas de réponse sur Dubois

Tony Marinaro a tenté d’arracher une réponse intéressante à Marc Bergevin sur Pierre-Luc Dubois. «Jarmo Kekalainen, tu pourrais l’appeler, pour quelconque raison?». Le DG du CH a été catégorique – il ne peut pas parler des autres joueurs. Et il est intéressé à parler aux 31 DGs de la LNH, incluant Seattle…

5. Comment éviter le «sophomore jinx»

Est-ce qu’on s’inquiète de Nick Suzuki lors de ce qui sera sa deuxième saison dans la LNH? Pas nécessairement.

«Il n’y a pas de baguette de magique. On le sait tous. Ça arrive. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être que la ligue s’ajuste, il y a plusieurs raisons. Tu regardes son caractère et sa fierté, je mise là-dessus.»

6. Contrats à long terme : pas le choix

Marc a accordé des contrats à long terme à Josh Anderson et Brendan Gallagher. Est-ce risqué? Oui. Mais le DG est sec, là-dessus.

«Tu donnes ce contrat, sinon ils partent. C’est aussi simple que ça.»

Il a confirmé qu’il était obligé d’offrir sept ans à Josh Anderson pour que ça fonctionne.

7. Pas inquiet pour Edmundson

Joel Edmundson effectue la transition entre la défense «man-to-man» en Caroline à celle de zone à Montréal. C’était la même chose pour Karl Alzner, mais personne ne s’inquiète pour Edmundson puisque les circonstances (et le joueur) sont différentes.

«Edmundson a joué à St-Louis en zone. Je l’ai vu en pratique et en matchs simulés, il apprend très rapidement. Les fans vont l’apprécier.»

8. Ce n’est pas terminé pour Ryan Poehling

Marc n’a pas encore abandonné sur la possibilité de voir Poehling dans une chaise de centre dans la LNH. Il l’a fait par le passé, et il peut s’adapter.

«Il peut encore être un centre. Il l’a été au collège et au Mondial Junior, il était très bon.»

9. Kaiden Guhle est comparé à Jay Bouwmeester

Marc Bergevin a beaucoup aimé le Mondial Junior de Guhle et croit que s’il peut avoir une carrière à la Jay Bouwmeester, tout le monde sera content.

10. Josh Anderson, une question de «match»

Comment s’est passée la transaction de Josh Anderson contre Max Domi? Marc Bergevin continue de marteler qu’il a été chanceux et qu’il avait l’offre qui convenait le plus aux besoins des Jackets.

«On voulait de la taille sur les ailes. Columbus ne voulait pas un autre ailier ou un défenseur donc on était le partenaire parfait. Si Columbus n’a pas besoin de centre, Josh Anderson n’est pas à Montréal.»

Voici l’intégral.

PLUS DE NOUVELLES