Les joueurs comme Josh « Cy Young » Anderson sont plus appréciés que jamais

Il fût une époque où marquer beaucoup de buts au soccer hockey tout en n’ayant pas beaucoup de mentions d’aide était mal vu. Tu passais pour un mangeux d’puck.

Mais on a appris au cours des dernières années à davantage apprécier les joueurs qui parviennent à la mettre dedans, sans pour autant diminuer le rôle de ceux qui les aident à le faire.

La LNH est devenue au fil des ans une ligue défensive où les buts sont de plus en plus difficiles à marquer. Surtout lors de la deuxième moitié de la saison et en séries.

Alors, celui qui parvient à remplir le filet adverse sans pour autant obtenir plusieurs mentions d’aide entre ses buts n’est plus pointé du doigt et accusé de jouer tout seul.

Le but du hockey, c’est de marquer plus de buts que l’adversaire. Or, celui qui marque beaucoup de buts t’aide à remporter des matchs, that’s it.

Josh Anderson coche toutes les cases de ce joueur qui marque plus de buts qu’il en prépare. Il affiche jusqu’ici cette saison une véritable fiche digne d’un trophée Cy Young dans la MLB : 9-2.

Mais on parle ici de 9 buts et de 2 passes, et non de 9 victoires et de 2 défaites.

Anderson aurait été bon au baseball.
(Crédit: YouTube.com/capture d’écran)

S’il jouait au baseball, Anderson serait aussi talentueux au bâton, alors qu’il a déjà inscrit deux buts alors que la rondelle était dans les airs cette saison.

En 2016-17, Anderson a complété sa saison avec 19 buts et 11 mentions d’aide. La saison précédente? Avec une fiche de 17-12.

À London dans la OHL, il a aussi complété deux de ses trois saisons avec plus de buts que de passes.

Dieu merci, on n’entend personne dire qu’Anderson devrait davantage tenter de préparer la table pour Jonathan Drouin ou Nick Suzuki. Ce n’est pas son rôle et c’est bien correct ainsi. Suzuki (3-9) et Drouin (1-10) amasse leur part de points en feedant leur ailier droit. Pourquoi vouloir l’inverse?

Il faut toutefois s’attendre à voir Anderson marquer un peu moins souvent au cours des prochaines semaines. Pourquoi? Parce que la loi du nombre risque fort de le rattraper. Plus l’échantillon grossit, plus la loi du nombre est difficile à contrer. Cette saison, 22,5 % des tirs cadrés d’Anderson se transforment en buts. En carrière, Anderson montre plutôt une efficacité de 11,2 %, soit la moitié de son 22,5 % de 2021.

On peut donc non seulement s’attendre à voir Anderson ralentir la cadence, mais aussi à le voir traverser une petite léthargie tout à fait normale. Il n’a d’ailleurs par marqué lors des deux derniers matchs avant la pause.

Puisque Claude Julien n’utilise même pas Anderson plus de 15 minutes par rencontre, il y a effectivement matière à une baisse de rendement chez ce dernier. Au fait, le coach devrait-il utiliser davantage son premier ailier droit, notamment sur le power play?

À noter que Tyler Toffoli affiche aussi une fiche de lancer de la MLB : 10-5. Il a complété 3 de ses 5 dernières saisons dans la LNH avec plus de buts que de passes. Mais lui aussi, il devrait connaître une petite baisse de régime, affichant présentement une efficacité de 18,9 % alors qu’en carrière, c’est plutôt 10,7 %. Il n’a d’ailleurs marqué qu’un seul but lors de ses cinq dernières rencontres.

Ce sera donc aux autres attaquants de l’équipe de prendre la relève après la pause. Kotkaniemi… Danault… Tatar… ils vont devoir se mettre à produire à nouveau.

PLUS DE NOUVELLES