Les débuts de Joni Ikonen en Finlande ne sont pas à la hauteur des attentes

Quelques secondes avant que Trevor Timmins n’annonce la sélection du Canadien au 58e échelon, lors du dernier encan, la twittosphère s’enflammait : un futur centre explosif au potentiel inestimable était toujours disponible. Compte tenu le gouffre au milieu au sein de l’alignement actuel de l’équipe tout comme dans sa relève, le recruteur en chef du CH n’avait pas le choix : il devait prononcer le nom de Joni Ikonen.

L’euphorie était palpable chez les amateurs, alors que peu de pivots excitants ont été sélectionnés depuis le début de l’ère Bergevin. L’enthousiasme de Simon Snake Boisvert à l’endroit du nouvel espoir du CH n’a qu’ajouté de l’huile sur le feu!

À ce moment, voir Trevor Timmins tenter un coup de circuit plutôt que de satisfaire d’un pari à haut pourcentage de réussite était extrêmement satisfaisant…mais les attentes auraient peut-être dû être tempérées un brin!

Ikonen a été ignoré à 57 reprises lors du repêchage amateur. Cela veut donc dire que 31 équipes de recruteurs rémunérés pour évaluer le talent des jeunes patineurs ont préféré ignorer le Finlandais lors de leur rang de sélection. Du lot, Trevor Timmins a même cru bon miser sur Josh Brook deux rangs avant Ikonen!

À ce rang, il faut percevoir l’émergence d’un joueur comme une surprise, en évitant de se forger des attentes démesurées.

Ceci étant dit, il ne faut pas se surprendre du départ en demi-teinte de Joni Ikonen au sein de la Liiga, qu’il vient tout juste de rejoindre.

Aucun point en quatre matchs pour le moment pour le diamant à polir.

Rien d’alarmant ici. Il n’avait disputé que dix parties au niveau professionnel lors de la dernière campagne. Conséquemment, son adaptation pourrait être lente.

Ikonen a débuté la saison avec la confiance de ses patrons en poche, pilotant le premier trio de l’équipe. Surpassé physiquement et éprouvant des difficultés au cercle de mise en jeu, son temps de jeu a grandement diminué depuis.

La clé dans son cas : la patience. Artturi Lehkonen a disputé trois saisons en Europe avant de débarquer ici, où il n’a déçu personne.

L’état-major du Canadien doit tout simplement tenter de dénicher un bon centre pour les années à venir et espérer qu’Ikonen vienne brouiller les cartes, à long terme.

PLUS DE NOUVELLES