Le Canadien avait Colin White dans sa mire avant la date limite des transactions

La date limite des transactions de lundi dernier a vu le Canadien y aller de beaucoup de mouvement de personnel. En plus de Tyler Toffoli et Ben Chiarot dans les semaines précédentes, Kent Hughes et le Tricolore ont envoyé Artturi Lehkonen, Brett Kulak et Andrew Hammond sous d’autres cieux.

En raison de la piètre saison de l’équipe, ce sont des transactions logiques, surtout quand on considère le retour que ces gars-là ont apporté au Tricolore.

Or, même si l’équipe était du côté des vendeurs, le CH aurait quand même considéré la possibilité d’aller obtenir un joueur établi dans le circuit Bettman avant qu’il ne soit 15 heures lundi dernier.

Et qui est donc ce joueur? Si on se fie à Elliotte Friedman, c’est nul autre que Colin White qui était dans le viseur de Hughes et du Canadien.

Mais qui est donc White et pourquoi le CH l’avait identifié comme cible? La réponse pourrait être fort simple : White était représenté par Hughes avant que ce dernier ne fasse le saut à titre de DG.

Dans les faits, acquérir un gars comme White, qui a 25 ans et qui a un contrat relativement avantageux (4,75 millions $ par année jusqu’en 2024-25), n’est pas une vilaine idée. Après tout, il ne sera pas trop vieux lorsque le prochain noyau sera prêt et il peut être utilisé à bien des sauces dans une formation, lui qui est un centre de middle-six.

Or, la seule chose qui fait en sorte que je suis hésitant face à cette idée, c’est que la description que je viens de donner pour parler de White, elle s’applique presque parfaitement à un gars qui a déjà ce rôle chez le Canadien : Christian Dvorak.

Est-ce que White pourrait mieux fitter à Montréal que Dvorak? Possiblement, oui. Or, je vois mal le Canadien avoir deux joueurs qui peuvent offrir un rendement très similaire. Oui, la ligne de centre serait solide (il y aurait une compétition entre Jake Evans, Ryan Poehling et Laurent Dauphin pour le poste de quatrième centre, pour vous donner une idée), mais elle serait aussi dispendieuse (près de 20 millions $ sur les quatre centres réguliers de l’équipe si on considère Nick Suzuki, Dvorak, White et Evans).

Une transaction du genre pourrait être revisitée cet été, sans doute (et c’est d’ailleurs ce que Friedman semble suggérer dans son texte). Or, est-ce que ça en prendra une autre pour sortir Dvorak de Montréal? Sinon, n’est-ce pas un peu du surplace?

Bref, à suivre, mais le CH a un intérêt pour White. Un nom à surveiller durant la saison morte, donc.

PLUS DE NOUVELLES