betgrw

La sentence est tombée. Mauro Biello : Coupable

Rien ne pouvait gâcher la fête dimanche dernier au Stade Saputo, pas même un effondrement de l’équipe et un résultat échappé en toute fin de match.

Ça illustre bien le point où en est l’Impact en cette saison 2017. Le stade était plein pour une seule et unique raison ; Patrice Bernier. Plus aucune attente envers une possible victoire ou un quelconque beau jeu. Ce fut une belle fête, émotive, intense, bruyante, qui aura permis de remercier Patrice Bernier avec émotions et amour, comme il le mérite.

Mais la vie, comme le sport, continue. Et pendant que Patrice tentera de trouver ses repères comme entraîneur à l’académie, l’Impact de Montréal est déjà à l’heure des bilans et de la reconstruction pour ne plus revivre une saison comme celle de 2017.

Joey Saputo était accompagné d’un figurant d’Adam Braz lundi dernier pour le bilan de la saison, et il n’y est pas allé de main morte. Si plusieurs ont souvent reproché au président son manque de transparence dans sa gestion de l’équipe, disons qu’on a cette fois été servi en terme de détails.

Mauro Biello coupable
C’était devenu un secret de polichinelle que Mauro Biello et ses adjoints seraient démis de leurs fonctions au terme de la saison. Les 9 défaites en 10 matchs pour terminer l’année n’auront fait que confirmer l’inévitable. Joey Saputo ne s’est pas gêné, dans sa conférence de presse, pour mettre une grande partie du blâme sur les épaules de l’ex-entraîneur et ex-légende du club.

Mauro Biello a ses torts, et je l’ai souvent pointé du doigt pour ceux-ci. Incapacité de créer une identité de jeu ou même un système qui sied bien ses meilleurs éléments, mauvaise gestion du duel Mancosu/Jackson et changements prévisibles ou insuffisants, pour ne nommer que ceux-là.

Mais mettre l’entièreté de la responsabilité de cette saison catastrophique sur ses épaules me semble exagéré. Lui et ses adjoints manquaient d’expérience? Clairement, mais ce n’est pas nouveau. Saputo le savait pertinemment lorsqu’il l’a confirmé dans ce poste.

D’autres éléments devaient être ajoutés à l’équipe malgré sa belle course en 2016? Évidemment, et si Mauro Biello a fait l’erreur de croire que son effectif actuel (+ Blerim Dzemaili) était suffisant, Joey Saputo et Nick De Santis devaient également être de cet avis, sinon comment expliquer leur non-mouvement?

Congédier Mauro Biello et lui mettre la faute sur les épaules est une échappatoire un peu facile pour le deuxième étage de l’Impact, mais si c’est la seule manière de réellement repartir à neuf et de réinjecter un peu de positivisme dans l’entourage de l’équipe, alors soit. Reste qu’au moment où on célèbre la plus récente légende de l’équipe, il y en a une autre qui se voit durement marcher sur la tête…

Un entraîneur de calibre mondial
Joey Saputo n’a pas fait que taper sur la tête de Biello, il nous a également fait saliver pour la suite. Saputo a bien vu tout le succès d’Atlanta United en 2017, mené par un coach désigné en Tata Martino. J’ai l’impression également que l’aventure Bologne fait le plus grand bien à Joey Saputo et lui permet de voir « plus grand » pour son club montréalais. Plus grand, en tout cas, qu’une poignée d’entraîneurs locaux sans expérience professionnelle… Sans rien enlever aux excellents Di Tullio, Nancy, Stern et autres.

Les amis du Kan Foot Club salivent déjà, donc, à l’idée de voir Saputo remplir sa promesse et faire venir à Montréal un coach ayant non seulement entraîné en première division européenne, mais ayant déjà remporté des championnats. On a senti la volonté du président de « passer au prochain niveau » avec son nouveau coach, et ainsi s’offrir les moyens de ses ambitions.

C’est une excellente nouvelle, la meilleure depuis longtemps. C’est la première pierre à poser pour une fondation stable et durable qui pourrait permettre à l’Impact d’enfin offrir un jeu constant basé sur un système de jeu aux préceptes bien définis. C’est également enfin l’occasion de possiblement se débarrasser des mauvaises habitudes qui rongent l’Impact depuis tellement d’années. Défensive poreuse, mauvais coups de pieds arrêtés autant offensivement que défensivement, flottements dans les dernières minutes, dépendance à la contre-attaque…

Mais surtout, surtout, un entraîneur de renom pousserait les joueurs au respect, à l’écoute des directives, ce qui a cruellement manqué cette saison.

Joey Saputo s’est donné 2 à 3 semaines pour finaliser son choix et annoncer publiquement son nouvel entraîneur. Attendez-vous à de nombreuses rumeurs entre-temps sur les médias sociaux…Mais le choix devrait se faire plus tôt que tard, c’est un immense chantier qui attend le nouvel entraîneur. En plus des départs assurés d’Hernan Bernardello, Patrice Bernier et Ambroise Oyongo, on s’attend à ce que ce soit au total une dizaine de joueurs qui ne soient pas de retour…

Je voudrais personnellement voir Duvall et Ballou rester, mais pour le reste je n’y tiens pas particulièrement. Si le nouvel entraîneur cherche un Oduro 2.0, un qui utilise sa vitesse, il y a peut-être une piste de solution en Indonésie…

https://twitter.com/FootyMemes/status/923189007722471424

Mais bon, si l’on sait désormais que les rumeurs amenant Alessandro Nesta à Montréal n’étaient pas fondées, il faut prendre celles qui viendront avec des pincettes. Il y en a toutefois une en particulier qui a piqué ma curiosité, soit celle qui amènerait l’entraîneur français Rémi Garde à Montréal, lui qui n’aurait été recommandé par nul autre que Laurent Blanc à Joey Saputo.

Plus récemment à l’Aston Villa, Rémi Garde a débuté avec l’académie de l’Olympique Lyonnais, où il a fait graduer nombre de bons joueurs (par exemple Lacazette ou Benzema), avant de passer à l’équipe première avec un succès relatif. Il faut noter que l’OL est internationalement reconnu pour son excellent développement, et que Garde en a été un des artisans pendant longtemps, ce qui pourrait énormément servir l’Impact. Garde a également remporté une Coupe de France et un Trophée des Champions avec l’OL, en 2011-2012, mais aucun championnat de ligue.

Il n’a fait que passer à Aston Villa et est sans club depuis, mais il semble un candidat de choix pour Joey Saputo et son équipe. Il serait en ce moment dans le processus pour être le prochain entraîneur d’Everton, mais Leduc stipule que Garde aurait déjà visité les installations montréalaises, donc l’Impact est dans le coup. Il y a toutefois fort à parier que Saputo devra offrir beaucoup en terme d’argents et de «pouvoir» au sein du club pour le convaincre de traverser l’Atlantique.

Mais rien n’est impossible, dites-vous qu’il n’y a pas si longtemps, Didier Drogba évoluait pour l’Impact de Montréal…

DANS L’ABRI
– C’est le début des séries éliminatoires ce soir en MLS avec les matchs de barrage. Je vous reviendrai plus en détail samedi avec mes prédictions pour la suite des séries, mais je m’attends sans surprises à voir Chicago, Atlanta, Vancouver et Kansas City passer en quarts de finale. Qui sera le grand vainqueur?

– Les intentions européennes d’Oyongo ont toujours été claires, mais c’est tout de même dommage de le voir quitter l’Impact. On a vu cette saison à quel point il était utile à l’équipe, probablement le meilleur latéral à avoir porté le bleu blanc noir. Bonne chance en Europe Ambroise, fort probablement à Montpellier!

– C’est officiel, Bill Hamid quitte la MLS et le DC United pour l’Europe. Est-ce qu’un exode des talents en MLS est à prévoir durant l’entre-saison? Ce ne serait pas mauvais pour la ligue. Oyongo, Hamid… Almiron?

– Pas de panique Montréal, même si Laurent Ciman s’entraînera avec le Standard, nul doute qu’il sera de retour pour la prochaine saison!

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Facebook et Twitter.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES