La COVID-19 pourrait tuer dans l’œuf le projet d’un club-école à Trois-Rivières

Il y a les premières et directes victimes de la COVID-19 : les personnes qui contractent la maladie et qui ultimement, en décèdent. Il y a aussi les familles en deuil, les employés surmenés, ceux qui ont perdu leur emploi (et qui ne le retrouveront peut-être pas), les enfants et les conjointes qui sont 24 heures sur 24 avec leur agresseur, les entrepreneurs qui risquent de perdre ce qu’ils ont mis des années à construire…

Mais il y a aussi des projets de sport/divertissement qui pourraient mourir avant même d’avoir vu le jour.

C’est le cas notamment du projet d’une équipe de la ECHL à Trois-Rivières qui appartiendrait au Canadien et au Rocket.

On le sait, le projet n’a jamais été un plan A pour la Ville de Trois-Rivières, qui a toujours avoué qu’elle préférerait obtenir une équipe de la LHJMQ. Mais puisqu’il n’y avait pas d’équipe disponible et que Dean MacDonald a convaincu la Ville du bien-fondé de son projet de la ECHL – avec l’aide de Marc-André Bergeron -, tout le monde planchait sur la création d’un club de la ECHL à temps pour la saison 2021-22. S’il n’y avait pas eu de retards dans la construction du nouveau Colisée, ça aurait même pu se faire en 2020-21… ce qui aurait été catastrophique au niveau timing/liquidités pour MacDonald et ses partenaires. #COVID19

Qui utilisera cet aréna lorsqu’il sera terminé?
(Crédit: Radio-Canada)

Selon Steve Turcotte du Nouvelliste, autant la Ville que le groupe de Dean MacDonald continuent de discuter, de négocier et de faire leurs vérifications quant au lancement d’un club-école du Canadien/Rocket pour la saison 2021-22.

« Des deux côtés, on s’attend à boucler un pacte dans les prochains mois, pour un lancement lors de la saison 2021-22. » – Steve Turcotte

Mais attention. Turcotte avance que la pandémie pourrait créer de nouvelles opportunités pour la Ville de Trois-Rivières… des opportunités qui plairaient davantage au maire de la Ville.

« Ce n’est pas un grand secret d’État, Jean Lamarche (maire) rêve du hockey junior pour meubler son Colisée. » – Steve Turcotte

Même si officiellement, la LHJMQ prétend qu’elle n’a aucun projet d’expansion ou de déménagement, rappelons que Gilles Courteau a confié il y a quelques semaines qu’il était incapable d’assurer que toutes ses équipes survivront à la COVID-19 et ses répercussions économiques.

L’action ne devrait pas reprendre avant janvier 2021 dans la LHJMQ et plusieurs équipes risquent d’avoir de réelles difficultés financières d’ici là. Plusieurs en avaient déjà avant…

Gilles Courteau a demandé aux gouvernements d’aider son circuit, mais rien n’a été annoncé encore. Si l’une des concessions devient disponible et que la LHJMQ approuve son transfert à Trois-Rivières, un endroit stratégique qui sera doté d’un amphithéâtre neuf dans quelque temps, vous pouvez compter sur la Ville de Trois-Rivières pour stopper illico presto les négociations avec le groupe de Dean MacDonald.

« Ce n’est pas un problème pour eux. S’il y a une opportunité pour nous dans la LHJMQ, ils ont déjà dit qu’ils se tasseraient. Tout se passe dans le respect. » – Jean Lamarche, le maire de Trois-Rivières

Ce n’est pas parce que la LHJMQ n’avait rien de prévu pour Trois-Rivières il y a trois mois que ça n’a pas changé avec la pandémie. Bien au contraire!

Et si jamais la LHJMQ décide d’utiliser la Ville de Trois-Rivières comme ville de sauvetage en attendant que l’action reprenne à la normale, que fera-t-on avec le projet de la ECHL?

On le mettra sur la glace pour voir si la LHJMQ va assez aimer son expérience à T-R pour lui donner une franchise par la suite?

Le projet d’un club-école à Trois-Rivières pour le CH pourrait lui aussi être chamboulé par le virus SRAS-COV2.

PLUS DE NOUVELLES