Tempête (im)parfaite : la COVID-19 a fait très mal au 91,9 Sports

Numeris vient tout juste de publier les ratings radio de la région montréalaise couvrant la période allant du 24 février au 24 mai. Et comme vous pouvez vous en douter, la pandémie a fait très mal au 91,9 Sports.

Durant presque toute la période analysée, les gens sondés numériquement ont presque tous été confinés à leur domicile. On n’a pas mal moins le réflexe d’ouvrir la radio à la maison que dans notre voiture, vous en conviendrez.

Rappelons aussi qu’il n’y a tout simplement pas eu de sport en direct à surveiller/regarder/jaser à partir du 12 mars.

On peut mieux comprendre pourquoi la station sportive montréalaise a cessé diffuser en direct à la fin du mois de mars, outre en début de journée et en fin d’après-midi.

En détail
Entre le 24 février et le 24 mars, les gens de la région montréalaise ont été en moyenne 900 à écouter le 91,9 Sports par minute. Pour vous donner une idée de la drop, ils étaient 2 700 lors du trimestre précédent… et 3 300 durant la même période l’an dernier.

Du 24 février au 24 mars 2020, un peu moins de 50 000 personnes ont été exposées à la programmation du 91,9 Sports durant au moins une minute à chaque jour. Ils étaient près de 100 000 le trimestre précédent et plus de 100 000 à pareille date l’an dernier.

Ajoutez à ces décevants chiffres d’écoute le fait que très peu de publicité s’est vendue durant cette période et que bien souvent, elle l’était à un prix infiniment plus bas qu’auparavant.

(Crédit: 91,9 Sports)

Doit-on craindre pour la survie de la station? Pas du tout, me chuchote à l’oreille une source bien au fait de la situation et ce, même si TSN 690 a subi des pertes d’auditoire beaucoup moins importantes elle.

Avant la crise sanitaire (et économique) actuelle, les affaires allaient très bien pour le 91,9 Sports. On s’enlignait pour connaître une première année profitable ou presque depuis l’ouverture de la station. L’entreprise était en croissance et elle était parvenue à couper les dépenses de façon significative suite au départ de certains animateurs.

Je ne peux pas prédire comment réagiront les propriétaires de la station (RNC Média), qui ont vu la vente à Leclerc Communication tomber à l’eau suite aux conditions imposées par le CRTC. Cependant, je suis convaincu que si jamais ils décident de se départir de la station, ils seront désormais en mesure de trouver un acheteur qui souhaitera conserver sa vocation sportive (au lieu de la transformer en station musicale).

Avec le sport qui devrait reprendre le mois prochain (ou l’autre) en Amérique du Nord – et le fait que les gens se sont ennuyés au cours des derniers mois -, je demeure confiant pour la suite des choses au 91,9 Sports.

J’ai sincèrement pas mal plus peur pour la survie de TVA Sports que pour celle du 91,9. Les deux structures sont de grosseur tellement différente que pendant que l’une parvient à se mettre sur pause et s’ajuster, l’autre a beaucoup de difficulté à absorber les coups. D’autant plus que les deux vagues de désabonnements massifs ont fait mal à la station québécorienne, on ne se le cachera pas.

Ce n’est pas pour rien que le Groupe TVA réfléchit présentement à la survie de TVA Sports.

Espérons que le hockey estival du Canadien aidera TVA Sports à enregistrer d’excellentes cotes d’écoute. Tous les matchs de la LNH y devraient y être télédiffusés lorsque l’action reprendra.

En rappel

Les émissions en direct sur TVA Sports et RDS ont aussi vu leurs cotes d’écoute baisser de façon vertigineuse depuis le début de la pandémie. Lorsque le Canadien sera de retour à l’entraînement, puis en « séries », je suis persuadé que les stations sportives recommenceront elles-aussi à scorer.

Et probablement plus que l’attaque à cinq du CH même!

PLUS DE NOUVELLES