betgrw

Joel Armia est le quatrième meilleur marqueur du Canadien

En début de saison, Joel Armia a été envoyé au Rocket de Laval. Personne n’a évidemment daigné le réclamer au ballottage, comme on pouvait bel et bien s’en douter.

Il a bien fait en bas, il a été rappelé, il a mangé du popcorn sur la galerie de presse (je ne sais pas s’il en a vraiment mangé, mais il n’avait que ça à faire), il a joué un peu, il est retourné à Laval, il est revenu en ville, il a réchauffé le banc… et là, il joue régulièrement.

Je ne sais pas s’il joue régulièrement simplement parce qu’il manque de gars à habiller à l’avant. Mais une chose est certaine : ces temps-ci, la formule fonctionne dans son cas.

Est-ce qu’il a compris quelque chose? Est-ce qu’il a changé de marque de céréales le matin? Je ne sais pas. Mais disons que depuis deux matchs, on ne peut pas trop se plaindre.

Je sais, je sais : l’échantillon est petit. Ceci dit, c’est mieux que rien, non? Et tant mieux si une autre équipe le regarde et déci– ok, j’arrête de fabuler.

Sincèrement, après avoir bien joué samedi contre les Oilers et avoir établi un sommet de temps de jeu cette saison (près de 18 minutes), voilà qu’hier, il s’est surpassé. Il a eu droit à quasiment 20 minutes sur la glace.

Et c’était mérité. Après tout, il se donnait sur la patinoire. Son effort sur le but gagnant (dans un gain de 4-3 contre le Colorado) en est un bon exemple. Il avait l’air de Rafaël Harvey-Pinard ou de Brendan Gallagher de la façon dont il a agi… et c’est une bonne chose.

Ses efforts ont permis au Canadien de gagner, lui qui a été la deuxième étoile du match.

Martin St-Louis, après le match, a déclaré vouloir de la constance dans son jeu (évidemment), mais il s’est dit satisfait de ce qu’il apportait présentement. Il a notamment noté ses qualités de meneur quand il est allé à Laval.

Et à ce sujet, ce matin, sur les ondes de BPM Sports, Renaud Lavoie a raconté une anecdote. Il a dit que lors du match de samedi, quand Joshua Roy faisait ses débuts dans la LNH, Armia s’est tourné vers le jeune, sur le banc, pour lui donner des conseils.

Ce n’est pas dans les habitudes de la maison, disons.

Est-ce que Armia l’a fait parce que Roy a joué avec lui plus tôt durant la saison sous les couleurs du Rocket? Qui sait. Mais il l’a fait, ce qui est bon et profitable pour le club.

Mine de rien, en ce moment, Joel Armia a quand même sept buts, ce qui fait de lui le quatrième meilleur marqueur du club.

(Crédit: Hockey DB)

Il est à égalité avec Josh Anderson, Alex Newhook et Brendan Gallagher. Du lot, seul Newhook (23 matchs) a joué moins de parties qu’Armia, dont le compteur affiche 27. Mais quand même : ça se prend bien pour le Finlandais.

Bon, il n’a pas encore de passe cette année et sa fiche de 7-0 serait excellente pour un lanceur du baseball majeur… mais une étape à la fois.

Joel Armia n’est cependant pas le seul joueur qui mérite de l’attention ce matin puisque plusieurs de ses coéquipiers ont aussi été excellents au cours de la rencontre.

Qu’est-ce que je retiens, donc?

1. Jake Allen a gagné un match de hockey contre l’Avalanche du Colorado. C’est lui qui a mis fin à la séquence de trois défaites du Canadien – trois matchs auxquels il n’a pas participé.

Dans les faits, Allen n’avait pas joué depuis le 4 janvier. Il n’avait pas été d’office lors des quatre derniers matchs des siens et il n’avait pas goûté à la victoire depuis le 18 décembre, à Winnipeg.

Hier a été sa première victoire au Centre Bell depuis… octobre. Elle ne fera pas en sorte que les équipes vont soudainement vouloir donner leur meilleur espoir en retour de ses services, mais elle fait du bien.

Allen a effectué 29 arrêts et il a notamment levé son jeu d’un cran en troisième, quand le club en avait besoin. Chapeau.

2. Le premier trio, soit celui de Nick Suzuki, Cole Caufield et Juraj Slafkovsky, a été excellent. Les gars ont tenu tête à l’Avalanche, ce qui n’est pas exactement un mince défi.

Après le défi des Oilers, celui de l’Avalanche était aussi gros. L’entraîneur est fier des bonnes habitudes que les gars prennent.

Et hier, ça a payé. Suzuki (21:24 de temps de jeu, deux passes, 65.4 % d’efficacité au cercle des mises en jeu), Caufield (un but en avantage numérique et une passe, 20:17 de temps de jeu) et Slaf (un but en avantage numérique lui aussi, six tirs au but, 18:10 de temps de jeu) ont eu l’air d’un vrai premier trio.

Les gars ont joué, depuis samedi, de grosses minutes contre deux des meilleurs joueurs au monde. Même chose pour Mike Matheson (plus de 28 minutes de jeu hier soir) et Kaiden Guhle, par ailleurs.

3. L’effort du groupe était au rendez-vous dans toutes les phases du jeu, de l’échec-avant jusqu’aux mises en jeu. Est-ce un hasard si Rafaël Harvey-Pinard a réussi à se lever et à se démarquer au cours de la rencontre? Je ne crois pas au hasard là-dessus.

Il a marqué son premier de l’année – et il avait l’air soulagé – en plus d’avoir sacrifié son corps pour la cause. Il stabilise aussi le jeu défensif du club, ce qui est excellent.

4. Après 40 minutes de jeu, les tirs étaient de 26 à 26. L’Avalanche a tiré une fois de plus (9 contre 8) en troisième, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit serré dans ce match-là. Et pourtant…

Je ne sais pas ce qui se passe quand le CH joue contre un bon club, mais il devient bon. C’est bon signe pour les séries 2026, ça.

5. Jonathan Drouin a effectué son retour au Centre Bell. Il a rapidement donné le ton en récoltant une passe sur le premier but des siens et il a joué pendant plus de 27 minutes. 27!

Il a été hué durant le match, mais applaudi quand il n’y avait pas d’action.

6. Hier soir, c’était la soirée de la fierté à Montréal. Et disons que Gary Bettman a réussi son pari : personne n’en parle quand les chandails ne sont pas portés durant l’échauffement.

Il y a eu du ruban arc-en-ciel durant l’échauffement, mais sans plus.

7. Hier matin, Kent Hughes a parlé aux médias. Il a parlé du début de saison de Cole Caufield et il a marqué. Il a parlé de ses gardiens et Jake Allen a gagné. Il a parlé de la profondeur du club et cela a fait la différence.

D’après moi, Martin St-Louis va vouloir le voir jaser plus souvent…

Prolongation

Après deux matchs horribles contre des mauvaises équipes et deux grosses sorties contre des puissances, on est en droit de se demander quel Canadien prendra la route.

Parce que oui, le CH va s’entraîner à 11h ce matin avant de prendre la route du New Jersey pour le match de demain. Trois matchs sur la route (New Jersey, Ottawa et Boston) sont prévus mercredi, jeudi et samedi. Avec le voyagement et en tenant compte du match d’hier, ce n’est pas une petite semaine.

On surveillera l’état de santé de Jesse Ylönen, qui n’a pas fini le match d’hier soir. On surveillera aussi si Josh Anderson et Tanner Pearson seront en mesure de s’entraîner avec le groupe.

Rappelons que congestion à l’attaque il y a, Joshua Roy, qui n’a pas été le plus visible des hommes hier, pourrait/devrait écoper.

PLUS DE NOUVELLES