Gary Bettman s’accroche à Phoenix en raison du potentiel télévisuel

La question qu’on se pose depuis une semaine, c’est de savoir pourquoi Gary Bettman s’accroche tant que ça à la présence des Coyotes en ArizonaEn fait, c’est faux : on se pose la question depuis des années.

Oui, le commissaire veut faire sa marque en développant le sud. Oui, certains marchés (on pense notamment à Vegas) fonctionnent bien.

Mais en Arizona, ça va plus que mal. Mais pourtant, contre vents et marrés, Gary Bettman défend le marché comme si c’était un père avec son enfant. Il le fait au détriment du marché de Québec et de toutes les villes qui veulent un club.

Ce matin, sur les ondes du 91.9 Sports, Richard Labbé a dressé un bon portrait de toutes les fois où le commissaire s’est entêté à garder les Coyotes à Phoenix (et ses environs, comme Glendale) au lieu de les amener à Québec ou à Hamilton, par exemple.

Une conclusion (logique) qui a été tirée, c’est que les Coyotes ont eu plus de chances qu’ils n’auraient dû en avoir. Mais pourquoi?

Le journaliste de La Presse et commissaire cet été à l’émission du matin à la radio a trouvé un élément de réponse : la télévision.

Selon des études rapportées par Labbé, l’Arizona est le 11e marché médiatique le plus important aux États-Unis. C’est la raison pour laquelle Gary Bettman ne veut pas abandonner si rapidement.

Dans les faits, il continue de s’accrocher au potentiel. Rien de plus, rien de moins.

Ceci dit, il laisse tomber toutes les autres données (aréna pas au centre-ville, peu de partisans, organisation dysfonctionnelle, plusieurs proprios en peu de temps, manque d’argent investi dans l’équipe, peu de succès sur la glace, etc.) au détriment du potentiel.

C’est un peu ce qui se passe à Tampa Bay dans la MLB. Ils ont un excellent marché télévisuel, mais les fans ne sont pas au rendez-vous dans leur vieux stade laid de St. Petersburg, en banlieue de Tampa Bay.

Est-ce que le club va construire son nouveau stade à Tempe? Est-ce qu’ils déménageront avec les Suns de Phoenix? Est-ce qu’ils déménageront du côté de Houston?

Ce sont tous des possibilités sur la table.

Et Québec, là-dedans?

Comme Richard Labbé et Anthony Marcotte en ont discuté, personne ne croit en Québec tant que Gary Bettman sera en poste. Les gens de la capitale nationale sont désabusés et ne s’attendent à rien.

Dans les faits, la meilleure option de Québec serait sans doute d’espérer les Sénateurs d’Ottawa. Rien n’est certain puisque Bettman ne voudra pas sortir un club de la capitale du Canada pour celle du Québec, mais s’il a à le faire, ce ne sera pas pour amener un club américain au Canada.

À ce sujet, plus du 3/4 des partisans des Sénateurs veulent un aréna au centre-ville. Ça ne ment pas.

Il faudra que les étoiles soient alignées pour que cela arrive puisqu’en marge de la pandémie de la COVID-19, le Canada ne doit pas avoir monté dans l’estime du commissaire. La situation des billets de saison à Montréal en est un bon exemple.

Donc non, à Québec, la situation n’est pas plus facile qu’elle ne l’était.

En rafale

– Que feront les Flyers cette année?

– En parlant des Flyers… êtes-vous d’accord?

– Des nouvelles de Jesse March.

– Le voilà de retour.

– Rien de moins.

PLUS DE NOUVELLES