Voici pourquoi Charlie McAvoy et Brock Boeser ne peuvent pas recevoir d’offre hostile

La dernière offre hostile remontait à 2013 et elle avait été signée par Ryan O’Reilly. Négociée par les Flames, puis égalée par l’Avalanche…

Vous comprendrez pourquoi l’offre déposée à Sebastian Aho (et égalée par les Hurricanes) fait autant jaser depuis lundi à Montréal. C’est rare!

Plusieurs se questionnent depuis quelques heures à savoir si Patrik Laine ou Mitch Marner en recevront une à leur tour au cours des prochains jours…

Mais de grands médias – j’ai même vu Yvon Pedneault faire une chronique à cet effet dans le Journal de Montréal – se sont même avancés à suggérer que Brock Boeser et Charlie McAvoy pourraient aussi faire l’objet d’une offre hostile.

Le problème, c’est que ces deux joueurs, tout comme Colin White et Jacob Forsbacka Karlsson, ne sont pas éligibles à recevoir une offer sheet.

Ces quatre joueurs ne peuvent pas recevoir d’offre hostile même s’il ont un statut qui ressemble à celui de RFA. Il faut avoir disputé trois années professionnelles avant de pouvoir devenir pleinement joueur autonome avec restriction et puisqu’ils ont signé leur contrat d’entrée après leur passage universitaire (durant la même année), ils ont chacun disputé une première année de contrat pas assez longue pour compter comme une année professionnelle (mais assez pour compter comme une année de contrat). Bref, ils ont jusqu’ici disputé deux saisons au niveau de l’expérience, mais trois au niveau contractuel.

Leurs droits appartiennent encore à leur équipe, mais ils ne peuvent pas recevoir d’offre hostile de la part d’une autre formation.

Leur seul pouvoir de négociation est de ne pas signer l’offre qualificative qu’ils ont reçu ou recevront d’ici 17h00 et de négocier sans avoir le gros bout du bâton. Ils n’ont pas droit à l’arbitrage non plus.

Lorsque son actuel contrat se terminera dans deux ans, Ryan Poehling aura aussi le même statut particulier. Tom Dundon et Don Waddell ne pourront donc pas se revencher sur lui à l’été 2021…

En rafale

– P.K. Subban a célébré le 4th of July en bikini…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

What can I tell you… It’s become a 4th of July tradition

Une publication partagée par P.K. Subban (@subbanator) le

– La ministre du tourisme, du sport et de la culture de l’Ontario n’est vraiment pas une fan d’Eugene Melnyk! Elle s’est excusée par la suite.

– Des dénouement dans la saga Piatti aujourd’hui?

– Le LA Galaxy a mal écrit le nom de Zlatan Ibrahimovic derrière son chandail hier!

Decision day!

PLUS DE NOUVELLES