Victor Mete avec un meilleur tir : la roue de secours du Canadien

Ça semble être le consensus, chez les amateurs du Canadien : si Marc Bergevin et ses collègues ne réussissent pas à faire l’acquisition d’un bon défenseur gaucher pour jouer sur la première paire, d’ici la fin de l’été, ç’aura été un échec.

Par contre, les options ne tombent pas du ciel. Jake Gardiner demandera énormément d’argent et le marché des transactions n’est pas particulièrement activé, de ce côté. Les arrières les plus intéressants ne sont malheureusement pas tous disponibles.

Selon toute apparence, Victor Mete est la roue de secours du Canadien.

Nous le savons, le jeune homme paraît bien sur la patinoire, sans nécessairement être en mesure de s’impliquer sur la feuille des statistiques. Par contre, Mete a avoué qu’il passerait l’été à travailler sur son tir et c’est ce qu’il fait présentement. Il tente d’améliorer la façon qu’il décoche et sa précision afin de mettre fin à une sécheresse de deux ans.

Un meilleur tir ferait en sorte que les équipes adverses vont devoir s’en méfier un peu plus et donc libérer les lignes de passe, puisque ce n’est plus la seule option et qu’il faudrait le défendre de façon plus complète.

Est-ce que l’état-major s’attend à voir une évolution assez importante du jeu du jeune défenseur pour lui confier des tâches importantes au courant d’une saison où il est nécessaire de participer aux séries? Sommes-nous à l’aise avec le fait qu’il deviendra l’option par défaut dans le cas où on ne réussit pas à faire l’acquisition d’un défenseur gaucher mobile?

Ce sont toutes des questions qui se posent.

On se doute que le plan de Marc Bergevin n’est pas de prioriser Mete avant, disons, Shayne Gostisbehere. Mais il sera intéressant de voir à quel point il s’agit d’une priorité, pour l’équipe, après la sortie publique de Price et Weber durant laquelle ils ont mentionné vouloir gagner un championnat à court terme.

En Rafale

– Que se passe-t-il, Keith?

– Jason Demers commente l’arrivée de Nick Cousins à Montréal.

– Doolittle commente la controverse entourant le chandail des Expos.

PLUS DE NOUVELLES