Une séance de patin a pratiquement changé la vie d’Anthony Mantha

Les Red Wings de Detroit demeurent une formation jadis du sommet, qui se remet toujours des départs de Pavel Datsyuk et de Henrik Zetterberg… Les deux individus étaient le corps et l’âme de cette formation pendant plus d’une décennie. Lorsque deux monuments de la sorte quittent un environnement, ça ne peut que dérégler le niveau de confiance ainsi que de leadership bien imprégné dans le vestiaire. Aujourd’hui, le flambeau est dans les mains d’Anthony Mantha et de Dylan Larkin. Les leaders de cette unité, ce sont eux dorénavant.

Dans le cas de Mantha, il peut certes remercier Patrik Nemeth (à ce moment avec l’Avalanche du Colorado) pour la blessure qu’il a subie lors d’une bagarre contre lui. Ce qui est cocasse aujourd’hui, c’est que Nemeth est désormais son coéquipier chez les Wings, héhéhé. Pour revenir au moment fort de la saison de Mantha : pendant sa réhabilitation, il est entré au Québec afin de patiner. Donc, lorsqu’il est débarqué sur la Rive-Sud, il a amorcé des cours de power skating avec François Borduas, où il n’y avait aucune rondelle d’accessible, évidemment.

Résumons ça simplement : avant sa blessure, Mantha affichait 9 buts et 5 mentions d’aide en 27 joutes. Lorsqu’il est revenu à l’action, et ce jusqu’à la fin de la campagne 2018-19, il s’est mis à produire davantage, affichant une confiance renouvelée grâce à Borduas. On parle de 16 buts et 18 passes lors des 40 dernières rencontres. Cette séquence fumante s’est transférée via le Championnat mondial senior, où il a collectionné les points (14 points, dont sept buts, en 9 matchs).

Les derniers matchs de la saison ont mené au championnat, et j’espère que le championnat va débouler jusqu’à la saison prochaine. Ça fait du bien de bien performer. Ça m’a ramené des souvenirs de mes années juniors quand tout allait super bien. – Mantha

Le Québécois a compris des choses, il demeure un kid incroyable, pour l’avoir un peu côtoyé lors de son séjour au sein de la LHJMQ, et son désir de poursuivre les séances de power skating pendant cette période estivale démontre qui il est. Avec une confiance au « summum », le grand gaillard peut tout accomplir sur une surface de la Ligue nationale.

En rafale

– Jack Eichel et Jeff Skinner ont des choses à prouver.

– On devrait l’apprivoiser rapidement, lui.

– Quel fait d’armes hallucinant!

PLUS DE NOUVELLES