Une partie de la recette de Joël Bouchard dévoilée

Joël Bouchard est en poste chez le Rocket de Laval depuis deux ans et disons que la philosophie/identité de ce groupe n’est plus la même (positivement parlant). Son style exigeant, intense et passionné ne cadre pas avec tout le monde, mais ceux qui embarquent, embarquent RÉELLEMENT. Ceux qui l’aiment, l’aiment et adhèrent aux enseignements du pilote en chef. Il a mis en place une mentalité et c’est avec celle-ci que le Rocket a conclu la saison écourtée 2019-20.

Des joueurs plus âgés (des vétérans de la Ligue américaine), comme Riley Barber, Phil Varone et Matthew Peca ont quitté le navire et celui-ci s’est automatiquement redressé. Ces vétérans-là n’acceptaient peut-être pas la façon de faire de Bouchard, alors que ce fut complètement l’inverse pour Alex Belzile et Laurent Dauphin, par exemple. Ces gars-là croient au système implanté par Bouchard et l’ont rapidement saisi.

Pour instaurer une culture, ça prend des vétérans qui embarquent et qui guident les plus jeunes, et c’est là que Bouchard a réussi. Des humains comme Belzile, Ouellet, Olofsson ou même Weise et Alzner, ont été de bons modèles pour la jeunesse du Rocket. Kevin Lynch et Joe Cox sont deux exemples de vétérans qui se sont défoncés pour Joël Bouchard et le Rocket.

Bouchard doit développer les espoirs de l’organisation, mais il doit également instaurer une culture et remporter des joutes de hockey avec des vétérans.

«C’est un sacré casse-tête et cela semble un peu dysfonctionnel, mais ce que j’aime, c’est que nous travaillons et que nous nous efforçons de trouver un bon mélange, une bonne identité et une bonne communication avec nos joueurs parce que mon travail consiste à m’assurer tout le monde fonctionne au mieux de ses capacités.» – Bouchard

Mais comment fonctionne Bouchard? Quelle est cette fameuse culture? C’est simple, il veut distribuer la même quantité d’amour à ses joueurs. Il donne des opportunités aux joueurs qui ont un désir profond de s’améliorer et il peut le retirer de ses « opportunités » en leur enseignant pourquoi. Si un joueur travaille de façon acharnée, qu’il est ouvert d’esprit et qu’il adhère aux enseignements, il sera dans les bonnes cordes du coach. Un gars demandant, mais aussi le partenaire parfait pour celui qui désire « gagner » dans la vie.

En rafale

– Une année incroyable pour le futur gardien numéro un du Canadien.

– Un deuxième enfant pour le couple.

– 37 ans déjà pour Kyle Wellwood.

– Mais quel beau geste.

– Langley a actuellement le dessus sur les autres villes.

PLUS DE NOUVELLES