Un problème respiratoire pour Drouin peut expliquer des choses

Jonathan Drouin connaît un début de saison fracassant. Deux matchs exceptionnels et un très bon dans les circonstances. Il travaille lors de chacune de ses présences, il patine à vive allure et il est en mesure de convaincre ses coéquipiers, Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia, de faire du temps supplémentaire pour ajuster certaines choses. De l’étoffe d’un leader. Notons également que le numéro 92 semble moins « à bout de souffle » que la dernière portion de la campagne 2018-19.

Pendant la saison estivale, il a justement été opéré afin de réparer une fracture au niveau du nez, qui devait certes lui nuire quelque part. Cette blessure traînait depuis 2016 à la suite d’un coup d’épaule que Thomas Hickey lui a distribué. Il n’y a aucun doute, ces problèmes-là l’ont dérangé. Juste de l’observer en ce jeune début de saison, on réalise rapidement que l’air passe beaucoup mieux au niveau des canaux respiratoires (par son explosion, sa vitesse).

Drouin ne s’en est pas caché, mais il n’est pas question pour autant de blâmer ce problème pour les difficultés qu’il a rencontrées lors du dernier droit de la saison régulière 2018-19.

On ne pensait pas que le nez était cassé et de l’extérieur, le médecin ne pouvait pas voir qu’il l’était. C’est venu avec les années parce que même moi je ne savais pas que c’était cassé. Sauf qu’à un moment donné, au début de l’hiver, j’ai senti que j’avais vraiment de la misère à respirer d’un côté… – Jonathan Drouin

C’est le septum qui était le problème puisqu’il s’est déplacé d’un côté à la suite du coup de Hickey. À la fin de la dernière campagne, la narine était pratiquement obstruée en totalité, donc c’est à ce moment qu’on a dû indiquer à Drouin que la chirurgie était de mise. Cette façon de respirer ne lui empêchait nullement de pratiquer son sport, mais un moment donné, cette respiration n’est pas naturelle et elle peut affecter l’explosion (rapide) d’un joueur.

Pour lire l’article en totalité, cliquez ICI.

Bref, quand ceci explique cela. Ah pis, si Drouin a cumulé 53 points incluant un passage à vide l’an dernier, pourquoi ne pas croire qu’il atteindra la soixantaine s’il reste en santé?

En rafale

– Les gens du Centre Bell doivent vraiment acclamer Jonathan Drouin comme il se doit : avec une vague d’amour.

– Souhaitons que le Canadien profite de sa générosité.

– Anthony Mantha est prêt à prendre le rôle principal à Detroit.

– À la suite d’une période remplie de hauts et de bas.

– Dans les coulisses du retrait du chandail numéro 87 de Sidney Crosby.

PLUS DE NOUVELLES