Un petit casse-tête à l’horizon chez les Oilers d’Edmonton

Le plafond salarial est une grosse/grande source de soucis pour les directeurs généraux de la Ligue nationale de hockey. Pendant la saison morte, lors du repêchage et pendant la campagne, ils ne peuvent quitter les yeux de leur livret de caisse. Bref, ce cap salarial cause des maux de tête aux quatre coins de la planète LNH. Que ce soit en Arizona, Montréal ou Edmonton. D’ailleurs, chez les Oilers, de gros problèmes pointent à l’horizon. Au moment de composer cette rubrique, leur cap indique 81 203 351$.

Ken Holland devra trouver une façon de demeurer sous le plafond, lui qui devra octroyer quelques contrats pour obtenir une formation complète. Lorsque les contrats des joueurs viendront à échéance le 1er juillet prochain (une date nébuleuse à cause de la pandémie), il restera dix attaquants, cinq défenseurs et un gardien sous contrat. À ce moment, la masse salariale indiquera 71 351 165 de dollars afin d’octroyer un total de sept contrats (pour atteindre le 23 maximum exigé).

Si on analyse le portrait actuel de ce groupe, on peut tirer la conclusion suivante : Kris Russell demeure le meilleur candidat à transiger afin de donner une marge de manoeuvre au DG. Russell a 33 ans et son accord se termine en 2021. Le défenseur gaucher n’affiche plus l’étoffe de jadis, lui qui a récolté seulement neuf mentions d’aide en 55 rencontres cette année. Il a d’ailleurs été incapable d’enfiler l’aiguille lors du calendrier actuel, sans omettre qu’il n’est utilisé qu’en moyenne 16 minutes 47… ce qui fait cher la minute (il empoche en moyenne 4 millions $ par année).

Russell détient une clause spéciale, soit celle de donner une liste de 10 formations pour laquelle il souhaite évoluer. Un petit obstacle pour un vieux loup comme Holland. Cette équipe peut également compter sur le jeune Evan Bouchard, un défenseur droitier (toujours avec un contrat d’entrée) qui a le potentiel de prendre beaucoup de place au sein de la brigade défensive des Oilers d’Edmonton. Au final, on doit comprendre que les Oilers souhaitent également donner plus de responsabilités aux jeunes afin de continuer d’installer cette nouvelle structure « gagnante ».

En rafale

– On peut comprendre les joueurs d’hésiter.

– Il a tellement raison.

– Une décision de 7 à 10 jours pour l’annonce d’un retour ou non.

– Jocelyn Thibault a été le meilleur de ses pairs.

– Une analogie avec le hockey.

PLUS DE NOUVELLES