Un nouveau Adonis Stevenson émerge de sa réhabilitation

La vie d’Adonis Stevenson a changé, en décembre dernier, alors que l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk lui a servi un K.O. puissant qui l’a éventuellement poussé dans un coma artificiel qui aura duré une vingtaine de jours. L’état de santé de l’ex-boxeur haïtien de 42 ans en a inquiété plusieurs, dans les semaines qui ont suivi ce combat. Subir un traumatisme crâno-cérébral grave, c’est loin d’être rien.

Néanmoins, il est sorti du coma vers la fin du mois et depuis quelques mois, quelques informations et entrevues sont sorties à ce propos.

Rien d’aussi puissant que le reportage publié par Nancy Audet, de TVA Sports. La journaliste a rencontré Adonis, sa femme Simone God et sa petite fille Adonia pour parler de son processus de réhabilitation qui se passe présentement à Ottawa.

Il serait un euphémisme de dire qu’il est émergé comme une nouvelle personne, très conscient de la chance qu’il a de toujours être en vie. Il remercie constamment sa femme pour être demeurée à ses côtés durant tout ce processus, et encore à ce jour. Il devient émotif lorsque ce sujet est abordé.

Moment émotif entre Adonis et Simone.
(Crédit: TVA Sports)

Aujourd’hui, Adonis marche, parle et rit. Il a passé à travers la psychothérapie, la physiothérapie et l’orthophonie, tout en s’entraînant de façon quotidienne. Il a remis ses gants de boxe pour aider sa réhabilitation physique, mais il ne planifie évidemment pas les utiliser pour les battre. Il a plutôt d’autres ambitions pour les prochaines années de sa vie.

«Je suis passionné. Moi, je veux être entraîneur et je veux aider les jeunes. […] Moi là, c’est mon but de sortir des jeunes de la rue

Les personnes qui le côtoient sont toutes d’accord pour mentionner qu’il est humble, respectueux et très reconnaissant pour son entourage, qui l’aide dans ce parcours difficile.

Il a remis ses gants et s’entraîne sur un punching bag.
(Crédit: TVA Sports)

Il a également parlé de ses enfants, mentionnant que c’était tellement important pour lui d’être de retour en forme pour s’occuper d’eux. Avec Adonia dans les bras, l’amour du père paraît et on voit qu’il est une personne changée qui a maintenant les yeux ouverts sur le cadeau qu’est la vie.

«Quand j’ai eu le traumatisme, dans ma tête, je me disais que je devais être là pour mes enfants. Pour Adonia. Elle, en plus, c’est la dernière. Elle ne m’avait jamais vu, ne savait pas ce que je fais. Je n’ai pas eu de père, donc maintenant en tant que père, que je sois là avec mon enfant est une fierté.»

Il a également commenté comment il se sentait, après l’incident de décembre dernier.

«Je pouvais pas manger, je pouvais pas marcher, elle [Simone] me donnait à manger, elle me faisait marcher, j’étais comme un enfant! J’étais comme un enfant qui venait de naître! […] C’était une souffrance impensable.»

Adonis et sa petite dernière, Adonia.
(Crédit: TVA Sports)

Pour écouter l’excellent reportage de Nancy Audet, on vous invite fortement à le faire par ici :

En Rafale

– Ce n’est jamais facile.

– Une équipe excitante.

– Voilà.

PLUS DE NOUVELLES