Un Impact sans âme face à son pire rival

C’était le match tant attendu. La première confrontation entre les immenses rivaux que sont l’Impact de Montréal et le Toronto FC. Un duel qu’on publicisait depuis longtemps, l’occasion idéale pour les Montréalais de faire mal aux Torontois et de se donner un bon coup de main au classement en prévision de la fin de saison. Surtout, une autre étape dans cette rivalité qui anime les passions, sur le terrain comme dans les tribunes.

Comme c’est (trop) souvent le cas, toute cette attente aura généré un match un peu ennuyant, terne, où le Toronto FC a été en mesure de capitaliser sur ses occasions crées et où l’Impact de Montréal s’est montré incapable de construire quoi que ce soit offensivement. En ce sens, certains choix tactiques de Rémi Garde sont quelque peu surprenants. Saphir Taïder a démontré cette saison qu’il pouvait être efficace lorsqu’utilisé sur l’aile gauche, mais son influence dans le jeu est beaucoup plus importante lorsqu’il est placé au milieu dans un 4-3-3. Sans connaître un match horrible, Taïder a justement été plutôt effacé, incapable de réellement créer des occasions et de percuter comme devrait idéalement le faire un ailier gauche.

Surtout, le milieu montréalais a connu plusieurs difficultés, incapable de lancer les attaquants en position dangereuse, de rapidement percuter en transition ou même de dominer la possession. Shamit Shome fait ce qu’il peut et il continue de s’améliorer de match en match, mais il n’est pas assez à l’aise offensivement pour faire une différence suffisante à ce niveau. Samuel Piette fût fidèle à son habitude, quoiqu’un peu trop imprécis dans ses relances, s’occupant essentiellement de ne pas quitter Alejandro Pozuelo des yeux et de chercher à le ralentir le plus possible. Son travail à ce niveau était idéal, jusqu’à ce qu’une vilaine collision le force malheureusement à quitter le match, ce qui a ouvert le milieu du terrain et a permis à Pozuelo de donner les devants à son équipe à peine quelques minutes plus tard…

Sans Samuel Piette, c’était à Micheal Azira que revenait la tâche de surveiller le #10 Torontois, et il a malheureusement failli. Sa couverture trop éloignée ainsi que sa mauvaise passe ont directement mené au but, qui a véritablement jeté une douche froide sur tout le Stade Saputo. Métaphoriquement, mais également littéralement alors que des éclairs mêlés à de la forte pluie ont forcé l’arrêt du jeu durant plusieurs minutes à ce stade du match, l’occasion pour l’Impact de se refaire une confiance et une stratégie, mais, surtout, pour les Ultras de montrer leur support indéfectible au club en continuant de chanter et d’encourager sous la pluie. Sans arrêt. De loin le moment du match démontrant le plus de passion, d’envie. Une passion qu’on aurait vraiment aimé voir sur le terrain, également.

L’Impact est bien revenu un peu plus solidement, se créant quelques occasions de marquer en toute fin de match, mais sans réellement dominer la possession et faire suffisamment reculer la défense torontoise pour forcer un retour dans le match. Le replacement de Taïder au milieu a aidé la circulation du ballon, mais toujours de manière insuffisante pour faire basculer le momentum du match. Un bel arrêt de Westberg dans les arrêts de jeu a finalement pavé la voie à un beau coup franc de Jozy Altidore dans les tout derniers instants du match, tuant tout espoir pour les nombreux partisans ayant bravé la pluie.

Au final, une performance insuffisante des Montréalais dans un contexte où ils ne pouvaient pas se le permettre. La « forteresse » du Stade Saputo nous semble de plus en plus en carton, marqué notamment par les derniers matchs trop ternes face au Minnesota et même Orlando, si on remonte un peu plus loin.

L’Impact est en train de se creuser un trou duquel il sera vraisemblablement difficile de sortir. Les séries demeurent évidemment accessibles, mais beaucoup plus complexes. Le mercato devra absolument servir à renforcer un secteur offensif qui en arrache cruellement. 26 buts en 22 matchs sont un total beaucoup, beaucoup trop faible pour espérer être une menace dans cette ligue. Je ne surprendrai d’ailleurs personne en soulignant l’immense besoin pour les Montréalais d’ajouter un milieu offensif pour évoluer aux côtés de Piette et Taïder. Imaginez, par exemple, un Pozuelo complétant ce trio au milieu…

En attendant, Rémi Garde semble pourtant avoir des options offensives sous la main, mais ne sait trop comment les utiliser. Pourquoi Orji Okwonkwo n’a toujours pas été essayé comme avant-centre? Comment expliquer qu’Omar Browne, probablement le joueur le plus technique et le plus percutant de l’effectif actuel, n’était pas sur le XI partant hier soir?

La relation entre Garde et Browne ne semblent pas au beau fixe, rappelant curieusement les problèmes que semblait avoir Garde avec Alejandro Silva l’an dernier… Le même constat peut être fait pour Zakaria Diallo, qui semble réellement avoir perdu les faveurs de son entraîneur. On l’a senti profondément frustré de sa sortie hâtive face à Minnesota la semaine dernière, il faudra espérer qu’il puisse retrouver son niveau d’antan et la confiance de l’entraîneur. L’Impact ne peut pas se permettre des divisions dans le vestiaire avec sa situation actuelle…

Beaucoup de questions, donc, mais toujours peu de réponses. Si le mercato n’est pas en mesure de répondre à toutes ces interrogations, il faudra espérer qu’un retour hâtif de Nacho Piatti, possible dès la semaine prochaine selon Rémi Garde, saura ramener le punch offensif qui manque tant aux Montréalais.

Une autre défaite face aux Torontois, donc, une troisième consécutive. Une particulièrement difficile à avaler pour des partisans passionnés qui demandaient, à tout le moins, un peu d’âme dans ce match. Ils devront attendre. Encore.

Commentez, partagez et suivez-moi sur Twitter.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES