Un espoir du CH comparé – pour les bonnes raisons – à Chara, Pronger et Marchand

On parle souvent d’Alexander Romanov et du fait qu’il a été un vol réalisé en plein jour par le Canadien de Montréal. L’arrière de 20 ans possède un éventail de qualités qui réjouiraient tous les entraîneurs de la Ligue nationale de hockey. Lors de l’encan de 2019, Trevor Timmins et Marc Bergevin se sont tournés vers Jayden Struble au 46e rang et certains se sont mis à indiquer que lui aussi pourrait devenir un autre vol. Du moins, qu’il possède le potentiel pour le devenir.

Struble est reconnu comme un brigadier de caractère et c’est certes l’une des facettes chez lui qui a attiré l’organisation du Canadien de Montréal et sa nouvelle « attitude », adoptée depuis avril 2018.

Si on pousse la note un peu plus loin, on peut même le qualifier d’enfoiré lorsqu’il se retrouve sur une surface glacée. Certains l’ont même comparé à Chris Pronger, Zdeno Chara, Brad Marchand ou même Brady Tkachuk. Il a de l’assurance et il n’a pas peur de démontrer cette facette lorsqu’il se retrouve sur la patinoire. Le clapet ne s’arrête pas, il est baveux, il est cocky et on aime ça. Il devra toutefois gérer ses émotions afin d’éviter les débordements.

Voici ce que son entraîneur (Jim Madigan) chez les Huskies de Northeastern pense de lui (déclaration en provenance de RDS) :

«C’est un jeune avec une tonne d’assurance, de l’agressivité à revendre et une dimension très physique; il est un adversaire intimidant. Il ne recule devant personne et il initie bien des confrontations. La chose que je peux dire, il est parfois un prick (voici le terme qu’on a choisi de traduire par enfoiré) sur la glace. Il est ainsi et il a appris à ne pas écoper de mauvaises pénalités dans ce sens!» – Madigan

Il est le type de défenseur dont le Canadien de Montréal a besoin dans son organigramme. Il ne recule devant rien, il bloque des lancers, il donne des mises en échec à la Chara devant le filet et il pourrait même être en mesure de se battre au niveau professionnel. C’est bien beau tout ça, c’est même excitant, mais il devra néanmoins contrôler ses émotions le jour où il enfilera un uniforme du Rocket ou du Canadien.

En rafale

– Anthony Mantha a bien du plaisir avec un rouleau de papier-toilette.

– La puissance des médias sportifs.

– 200 points en une saison le 25 mars 1982.

– Pas besoin de hockey pour fêter cela.

– Qui ne fait pas d’anxiété à cause de la COVID-19?

PLUS DE NOUVELLES