Ryan O’Reilly s’entraîne (hors glace) de façon très particulière

Qui n’est pas tombé en amour avec Ryan O’Reilly pendant la danse du printemps? Personne. Pour ceux qui le connaissaient plus ou moins, comme mon père, vous avez eu la chance de découvrir un joueur presque parfait, à l’image de Patrice Bergeron. O’Reilly n’est pas un joueur « flashy », mais il fait bien les petites choses… sans être physique. Il excelle au cercle des mises en jeu, il offre un échec avant (plus que) soutenu et son intelligence « hockey » lui permet de réaliser les petites choses que certains ne sont pas en mesure de réaliser.

Lors de la rencontre d’hier, où les Blues ont pris les devants 3-2, ROR a couronné celle-ci avec deux points (un but, une passe), tout en affichant un taux de 68% dans le cercle des mises en jeu. Bref… vous comprenez le phénomène! Eh bien, pour réussir pleinement dans un style de jeu aussi intense, le joueur de centre des Blues de Saint-Louis s’entraîne hors glace de façon différente et particulière. Pour bien comprendre la teneur de mes propos, prenez la peine de visionner cette vidéo jusqu’au bout.

Mais que fait-il au juste? Il travaille tous les muscles stabilisateurs (pour augmenter son équilibre sur patin). Il entraîne son corps comme un tout/ensemble et non pas séparément, seulement en puissance pure et précise. C’est intelligent et cette façon de maintenir à un haut niveau ne date pas d’hier puisque ce sont des entraînements dirigés par son paternel.

Les joueurs talentueux sont excitants, ça séduit les amateurs rapidement, mais moi, ce sont des joueurs comme Ryan O’Reilly qui me propulsent sur le c*l par leur éthique de travail. Que ce soit lors d’un entraînement, lors de la saison estivale, lors d’un match régulier et les plus cruciaux, O’Reilly compétitionne à un niveau très élevé. Bref, comme l’a dit le défunt Babe Ruth :

«C’est difficile de vaincre quelqu’un qui n’abandonne jamais.»

Retenez ça!

En rafale

– Patrice Bergeron est toute une tête d’affiche à Boston.

– Intéressant billet au sujet de la masse salariale des équipes.

– Une saison de plus pour les deux attaquants du Rocket de Laval.

– Ça, c’est très gênant!

PLUS DE NOUVELLES