Rumeur du jour : Nick Leddy est dans la vitrine

Le Canadien de Montréal a une petite équipe inspirante et de plus en plus séduisante, ce qui pourrait fort probablement inciter quelques gros acteurs à signer un accord avec cette organisation. Toute la planète hockey est consciente des besoins du Canadien de Montréal : un attaquant vedette, un défenseur gaucher et un bon gardien auxiliaire d’expérience. Peut-être que ces besoins principaux ne seront pas comblés via le marché des agents libres, mais plutôt réalisés par le biais d’une transaction. Par exemple, en dansant avec son homologue des Islanders, Lou Lamoriello.

Mais pour lequel des poulains de Lamoriello? Nick Leddy figure sur le marché des transactions, il est gaucher et il est en mesure de bien relancer l’attaque d’une formation. Leddy a connu une saison en-deçà des attentes avec une récolte de 26 points en 82 rencontres, son plus faible total depuis 2012-13. Le brigadier a peut-être besoin d’un changement d’environnement afin de renouer avec ses standards habituels (on parle ici d’environ 40 points).

Leddy a passé un total de cinq saisons dans l’uniforme des Islanders de New York, où il a amassé un total de 191 points en 402 duels, tout en maintenant une moyenne globale de 21 minutes 57 de temps de jeu, ce qui démontre son étoffe et son utilité. Il a également distribué un total de 405 coups d’épaule depuis qu’il évolue au sein de l’organisation des Isles de New York. Leddy empoche un salaire moyen de 5.5 millions de dollars et celui-ci est valide jusqu’au 1er juillet 2022.

Par contre, la question qui tue : quel pion du Canadien de Montréal pourrait être inclus dans une transaction impliquant Nick Leddy? Mine de rien, il est le gars parfait pour l’un des deux premiers trios défensifs. Si Ti-Lou cherche de l’attaque, il n’y a pas de joueurs offensifs accessibles chez le Canadien, hormis peut-être Artturi Lehkonen, mais on ne parle pas ici d’un marchand de points. Puis, malgré son manque d’offensive flagrant, Bergevin l’aime beaucoup.

Tout compte fait, Leddy à Montréal, est-ce vraiment possible?

En rafale

– La présidence des Oilers est désormais entre les mains de Bob Nicholson.

– Juste pour préciser qu’on ne parle pas ici du même Jack Hughes.

– On appelle ça un salon bostonien, une fan cave.

– Vous choisissez lequel parmi ceux-ci?

– Jack Hughes et Kaapo Kakko, mais après?

PLUS DE NOUVELLES