Repêchage de 2020 : Yaroslav Askarov, le gardien générationnel de la cuvée

Pour les deux prochaines semaines, DansLesCoulisses effectue un portrait préliminaire des espoirs les plus alléchants en vue du prochain repêchage de la LNH, qui aura lieu à Montréal en juin 2020. 10 des meilleurs espoirs de cette cuvée auront des textes à leur nom du 12 au 23 août, tous les soirs de semaine à 21h. 

Si vous avez écouté la Coupe Hlinka-Gretzky, au mois d’août, il y a de bonnes chances que vous avez été impressionnés par un jeune gardien russe : Yaroslav Askarov. Toujours âgé de 17 ans, le jeune cerbère a transporté son équipe sur ses épaules afin de rafler la médaille d’or en finale, contre le Canada. Ses aptitudes de gardien sont impressionnantes et plusieurs sont ceux qui suggèrent qu’il est le meilleur espoir depuis Carey Price, entre les poteaux. Difficile d’être en désaccord là-dessus : on a rarement vu quoique ce soit de semblable.

Yaroslav Askarov (G)
17 ans – 16 juin 2002
Omsk, Russie
6 pieds 3 pouces
163 livres

En chiffres

Il est assez difficile d’évaluer les talents qui sont issus des rangs juniors de la KHL, en Russie : le calibre de jeu y est encore un peu méconnu de la part des observateurs en Amérique du Nord. Toutefois, Askarov est probablement l’un des meilleurs gardiens de la MHL. À sa première campagne avec le SKA-Varyagi im Morozova, il a maintenu des statistiques très respectables.

Accordant en moyenne 2.39 buts par match, il a stoppé 92.1% des tirs dirigés vers lui. Gardez en tête qu’il avait 16 ans tout au long de cette dernière saison. Pas convaincu?

Au niveau international, c’est là qu’il a fait ses marques. Il est celui qui a éliminé les États-Unis en avril dernier (toujours à 16 ans), alors que ceux-ci comptaient sur Jack Hughes, Cole Caufield, Cam York et principalement tous les autres espoirs de premier plan issus des rangs du programme de développement américain. Et tel que mentionné plus haut, il a éliminé le Canada de Quinton Byfield, Cole Perfetti et Hendrix Lapierre de façon très impressionnante, n’accordant que 5 buts en 4 matchs et arrêtant 96% des tirs dirigés vers lui.

Ses habiletés

Bien qu’il ne soit pas encore le plus costaud, Askarov est doté d’un calme qui est digne des meilleurs gardiens de la LNH. Il s’agit d’une qualité souvent recherché chez un gardien partant, et le jeune homme possède déjà cet atout.

Il est difficile de lui reprocher de crouler lors des grands moments, puisque c’est quelque chose qu’il ne fait tout simplement pas. Il garde son sang-froid dans toutes les circonstances, est fort mentalement et a tendance à performer dans les grands moments. Il peut voler un match pour son équipe, comme il l’a montré à quelques reprises par le passé, sur la scène internationale.

Évidemment, l’aspect mental n’est pas la seule chose qui soit attrayante, chez lui. Ses réflexes sont déjà très développés et il demeure calme devant tous les types de tirs, connaissant très bien ses tendances et où positionner son gant pour bloquer le disque, par exemple. Il suit bien la rondelle des yeux, s’adapte à son mouvement et est en bonne position la plupart du temps.

Ses déplacements gauche-droite se font de façon efficace et il n’est pas souvent pris au dépourvu.

De plus, il est très intéressant de noter que Askarov attrape de la droite, ce qui est extrêmement rare chez un gardien professionnel. Par exemple, seulement cinq gardiens qui attrapent de la main droite ont défendu une cage de la LNH, l’an dernier. Ce n’est pas un énorme détail, mais les joueurs sont naturellement habitués à déjouer un homme masqué qui utilise son gant gauche. Ça peut être un avantage, surtout s’il respecte les attentes et qu’il devient un candidat au Trophée Vezina.

Dans son cas, sa principale faiblesse est qu’il n’est pas le plus à l’aise lorsque vient le temps de sortir de sa cage afin de distribuer la rondelle. Pour ce qui est du reste, il a ce qu’il faut pour avoir du succès dans sa position et il n’y a pas vraiment quelconque faiblesse particulière dans son jeu. Il se peut qu’il ne soit pas prêt pour la LNH avant deux ou trois ans, à la limite, mais le potentiel est beaucoup trop élevé pour qu’il glisse au repêchage.

Askarov est un jeune homme spécial.

Projection

Si plusieurs argumenteront avec raison que Askarov est un talent qui mérite d’être sélectionné parmi les 3 premiers, il est presque assuré qu’une équipe prendra une chance avec lui au sein du top 10. Une chose est certaine : les besoins des différentes franchises constitueront la ligne directrice de sa soirée à Montréal, en juin 2020.

Prolongation

– Il pourrait être sélectionné au premier rang. Quel palmarès.

– Voilà une comparaison avec Carey Price.

– Générationnel.

PLUS DE NOUVELLES