Repêchage de 2020 : Hendrix Lapierre, le fabricant de jeu de Gatineau

Pour les deux prochaines semaines du mois d’août, DansLesCoulisses effectue un portrait préliminaire des espoirs les plus alléchants en vue du prochain repêchage de la LNH, qui aura lieu à Montréal en juin 2020. 10 des meilleurs espoirs de cette cuvée auront des textes à leur nom du 12 au 23 août, tous les soirs de semaine à 21h. 

Nous voilà arrivés au dernier de dix articles consacrés à certains des meilleurs espoirs disponibles en vue du repêchage de 2020. J’en profite pour vous glisser que vous pouvez lire les profils des neuf joueurs précédents ci-dessous.

Alexis Lafrenière, le Québécois prodige tant attendu
Quinton Byfield, le jeune et imposant phénomène
Lucas Raymond, le Suédois qui ne laisse personne indifférent
Alexander Holtz, le marqueur naturel du repêchage
Yaroslav Askarov, le gardien générationnel de la cuvée
Tim Stützle, l’Allemand qui va brouiller les cartes
Anton Lundell, le centre «two-way» finlandais
Marco Rossi, le joyau des 67’s d’Ottawa
Cole Perfetti, la vedette de la Coupe Hlinka-Gretzky

Pour le dernier article de cette série, j’ai hésité entre Hendrix Lapierre, Noel Gunler, Jamie Drysdale et Dylan Holloway. Ultimement, j’ai décidé de me pencher sur le Québécois, qui a monté dans l’estime de plusieurs cet été. J’ai plongé davantage sur ce dossier et en fouillant plus, j’ai été charmé et convaincu.

Natif de Gatineau, Hendrix Lapierre est un jeune attaquant surdoué qui vient tout juste de disputer sa première saison dans les rangs de la LHJMQ. Ayant complété son parcours chez l’Intrépide de Gatineau en 2017-2018, le joueur de centre est une fierté de l’Outaouais et risque d’être épié à la loupe lors de la prochaine saison, surtout après avoir été classé au troisième rang de la liste de Craig Button, cet été.

Hendrix Lapierre (C)
17 ans – 9 février 2002
Gatineau, Québec
5 pieds 11 pouces
172 livres

En chiffres

Tel que mentionné ci-haut, Lapierre a joué en Outaouais jusqu’à tout récemment. À sa première et dernière année dans le Midget AAA, il s’est imposé comme un excellent fabricant de jeu en amassant 17 buts et 40 passes (57 points) en 37 rencontres. Cette récolte a confirmé ce qu’on avait vu de lui dans les niveaux inférieurs et montré qu’il devait jouer dans la Q le plus vite possible.

Avec les Saguenéens de Chicoutimi, Lapierre a raté la marque du point par match de peu et s’est encore démarqué principalement pour créer des jeux pour ses coéquipiers, avec 32 passes en 48 joutes.

À la Coupe Hlinka-Gretzky, cet été, il a amassé 11 points en seulement 5 matchs, étant l’un des meilleurs du Canada lors de ce tournoi. C’est là que sa valeur a augmenté.

Ses habiletés

Pour une troisième fois, Lapierre est tout un fabricant de jeu. Créer des chances de marquer pour ses coéquipiers est son métier et il a la vision pour le faire à un haut niveau : partout où il a passé, il a été en mesure de le prouver et c’est ce qu’il a fait cet été, aux côtés de Quinton Byfield et Cole Perfetti. Lapierre connaît son jeu et lorsque plongé dans son système, il admire les failles et en profite pour générer de l’action en zone offensive, repérant ses coéquipiers et anticipant les mouvements comme peu le font à son âge.

Son intelligence, combinée à ses capacités de playmaker, font de lui une constante menace en zone offensive.

Il a terminé la saison comme le deuxième meilleur pointeur de son équipe et deuxième meilleur pointeur de la LHJMQ chez les joueurs de moins de 17 ans. Il possède un bon tir, mais il ne l’utilise pas toujours, alors que ce n’est pas sa priorité. Néanmoins, ce n’est pas une faiblesse et lorsqu’il s’en sert, il est très utile.

Le Québécois est fort et très fiable défensivement, coupe les lignes de passe et est agressif pour récupérer le disque et relancer l’attaque. Il a beaucoup d’attraits qui ne paraissent pas sur la feuille de statistiques de base, mais qui font une différence pendant un match.

Évidemment, la séquence de cinq matchs avec son pays au mois d’août doit être prise avec un grain de sel, comme Cole Perfetti. Par contre, c’est ce qu’il a montré l’an dernier et il s’agit de ce à quoi on s’attend lors de la prochaine année.

Lapierre n’a pas le meilleur coup de patin de sa cuvée, mais ce n’est pas non plus une faiblesse ou une inquiétude.

Observer le jeune homme est du bonbon pour les yeux et ça va continuer l’an prochain avec les Saguenéens, qui devraient attirer l’attention grâce à lui et Theo Rochette, notamment.

Il possède certainement un potentiel très intéressant et suite à la prochaine campagne, il est très possible que sa valeur ait augmenté encore plus aux yeux des recruteurs. Il est l’un des jeunes qui sont les plus susceptibles de grimper dans les classements en 2020.

Surveillez-le, puisqu’il a ce qu’il faut pour rendre sa province très fière lors du prochain encan.

Projection

Plus ça avance, plus Lapierre s’approche du haut du classement. Disons que l’on doit s’attendre à une sélection entre le troisième et le treizième rang, dépendant de sa progression en 2019-2020.

Prolongation

– Il est prêt pour la saison. Et il a beaucoup à prouver.

– Il devra s’y habituer.

PLUS DE NOUVELLES