Quel est l’avenir de Vladimir Tarasenko à St. Louis?

Depuis le début de la saison morte, les Blues de St. Louis ont connu beaucoup de changements au sein de leur formation. Le capitaine de l’équipe, Alex Pietrangelo, n’a pas prolongé son contrat et s’est entendu avec les Golden Knights de Vegas. Pour pallier la perte de son défenseur étoile, le directeur général Doug Armstrong s’est entendu avec l’ancien des Bruins Torey Krug. 

Bien que le défenseur de 5’9’’ amène une bonne touche offensive pour St. Louis, il reste que Pietrangelo était le favori des fans des Blues et son départ est beaucoup pleuré. Heureusement pour les champions de la Coupe Stanley de 2019, l’équipe possède une excellente profondeur à la défensive. Mise à part Krug, St. Louis peut encore compter sur les services de Colton Parayko et même de Justin Faulk.

Je ne suis pas un fan des comités de joueurs pour remplacer un athlète, mais il reste vrai que les Blues ont encore une solide ligne bleue. Rien à voir avec celle des Jets l’an dernier, disons.

Dans son article Blues mailbag paru hier, le journaliste de The Athletic Jeremy Rutherford s’est également questionné sur l’avenir de l’attaquant Vladimir Tarasenko. Rappelons que l’ailier droit avait raté la majeure partie de la saison dernière en raison d’une blessure à l’épaule. Tarasenko avait tout de même récolté 10 points en 10 matchs.

Malgré tout, les Blues avaient tout de même terminé au premier rang de la division centrale, devant l’Avalanche et les Stars. Pour cette raison, plusieurs analystes s’interrogent à savoir si Tarasenko demeure indispensable à l’équipe.

Comme le pointe Rutherford, la valeur de l’attaquant est actuellement à son plus bas, lui qui se remet tout juste de trois opérations pour son épaule. Armstrong ne serait pas en mesure d’obtenir un retour suffisant pour remplacer Tarasenko.

Personnellement, je ne vois pas en quelle raison les Blues se départiraient du Russe. Même s’il a raté presque toute la saison dernière et qu’il touche un salaire moyen de 7,5 millions $ chaque année, cela reste qu’il produit en moyenne plus de 70 points chaque année. Il n’a que 28 ans et possède encore trois années à son contrat.

Doug Armstrong prendrait-il réellement la chance de l’échanger et risquer qu’il explose avec un autre club comme il l’a fait par le passé?

En rafale

– Patrick Roy n’était pas seul.


– Victoire de justesse des Raiders contre la pire équipe de la NFL.

– Très belle initiative!

– Victoire du Crew.

– Très bien dit. Bravo, LDT!

PLUS DE NOUVELLES