Pas de Championnat mondial pour Jacob Olofsson

La triste nouvelle du jour chez le Canadien de Montréal, ou plutôt l’un des espoirs de l’organisation, demeure le fait que Jacob Olofsson ne participera pas au Championnat mondial des moins de 20 ans. Le Suédois a subi une blessure au haut du corps, ce qui l’empêchera de batailler en République tchèque pendant la période des Fêtes. Donc, il n’y aura que quatre espoirs du Tricolore qui dansera à la fin du mois lors de ce tournoi, soit Cole Caufield, Alexander Romanov, Jordan Harris et Mattias Norlinder.

Olofsson devait certes jouer un rôle capital avec sa Nation puisqu’il a récolté neuf points lors de ses 11 dernières rencontres au niveau de la SHL. Mine de rien, il a amorcé l’année timidement, lui qui n’a pas marqué à ses dix premiers matchs. Jusqu’ici, sa fiche indique neuf points en 21 rencontres, et si l’on recule à l’an dernier, le joueur de centre n’a récolté aucun point en cinq rencontres lors du tournoi des moins de 20 ans.

Je vous rappelle que le centre de 6 pieds 2 et 196 livres a été sélectionné en deuxième ronde lors de l’encan amateur de 2018 (56e au total) par le Canadien de Montréal, évidemment. Olofsson est un centre qui excelle dans les trois zones, doté de bonnes mains et d’un coup de patin intéressant, mais qu’il se doit de travailler s’il souhaite atteindre le plus grand niveau. Cependant, outre son patin « correct », il n’a pas réellement de failles dans son jeu.

Mine de rien, beaucoup de joueurs du Canadien (Jesperi Kotkaniemi, Victor Mete, Jonathan Drouin et Matthew Peca), du Rocket (Noah Juulsen, Alex Belzile, Phil Varone, Michael McCarron) se retrouvent à l’infirmerie. Maintenant, on peut ajouter un espoir à cette longue liste des éclopés. Sans compter que Charles Hudon se promène en béquilles…

En rafale

– Un joueur du Rocket de Laval effectuera un retour au jeu.

– Ça reste un gros changement pour Cayden Primeau.

– Le dossier Alex Belzile est en train de devenir aussi inquiétant que celui de Noah Juulsen.

– Joël Bouchard ne s’est pas gêné pour vanter le caractère de Charles Hudon.

– Du bon vieux Carey Price.

PLUS DE NOUVELLES