Ottawa semble se préparer à mettre la main sur le premier choix

Tous les matins, Pierre Dorion se rendait sur un site de simulation de loterie de la LNH. Que faisait-il? Il simulait une loterie jusqu’à ce que les Sénateurs obtiennent les deux premiers choix de l’encan. « Pour la chance », a-t-il déjà déclaré.

Après et seulement après cela, il commençait sa journée.

Et parce que les chances de voir ce scénario se réaliser n’étaient pas vilaines, il ne passait pas sa journée là-dessus. En quelques minutes, il arrivait au résultat désiré et pouvait vivre sa vie de DG d’une équipe en reconstruction.

Malheureusement pour Dorion, ce n’est pas exactement ce qui s’est produit vendredi soir. Les Sénateurs ont vu trois équipes les dépasser (dont le choix des Sharks, qui est en fait leur choix) et ils ont glissé de trois places. Et comme le choix des Sharks n’a pas gagné la première ou la deuxième place, c’est donc au troisième rang et au cinquième échelon qu’ils vont sélectionner.

Est-ce vilain? Non. Mais quand on rêve aux deux premiers choix, c’est pour le moins décevant.

Parce que, oui, tout est une question de gestion des attentes. Prenez Steve Yzerman : les Wings savaient qu’ils n’avaient qu’une chance sur cinq de gagner. Publiquement, il s’est donc dit moins déçu que son homologue des Sens.

Tout ça, au final, c’est pour dire que Dorion n’est pas le plus satisfait des hommes.

Quelles sont ses options? Ne rien faire… ou être dans l’action et tenter de remédier à la situation.

C’est visiblement une option qui est de plus en plus réaliste. Selon ce qui circule, les Sénateurs pourraient mettre leurs deux premiers choix sur la table afin de tenter de mettre la main sur le premier choix au total. C’est ce qu’affirme une source de l’entourage du proprio Melnyk.

Un autre joueur pourrait être ajouté à l’équation afin de faire pencher la balance encore plus.

Évidemment, pour cela, les Sens devront attendre de voir qui détient le premier choix. Toutes les équipes qui ont le OK pour effectuer des transactions (soit les clubs éliminés de la ronde de qualification) n’ont pas le choix convoité par Dorion…

Même si on ne sait pas qui aura le premier choix, on sait que ce ne sera pas les Sénateurs. En fait, des sept équipes canadiennes, seule la pire du lot (et de loin) est assurée de ne pas obtenir le premier choix. Ironique, non?

On se souviendra aussi que Dorion n’avait rien fait pour calmer la rumeur qui veut que le premier choix soit encore dans sa mire. Lors de la loterie, il n’a pas voulu commenter la possibilité.

Non, Alexis Lafrenière n’a AUCUNE idée de ce qui l’attend présentement.

En rafale

– Magnifique.

– Évidemment.

– Pas le choix d’être en accord.

– C’est important de s’inspirer des plus grands et des plus grandes.

– L’exemple de la MLS le prouve.

PLUS DE NOUVELLES