Oilers : l’adversaire idéal du Canadien en séries?

La date limite des transactions n’est pas encore arrivée qu’on parle déjà des séries éliminatoires! C’est comme ça au hockey, surtout dans le marché de Montréal. Le Canadien occupe présentement la quatrième et dernière place donnant accès au tournoi dans la Division Nord. C’est six points de moins que les Oilers d’Edmonton, sept de moins que les Jets de Winnipeg et huit de moins que les meneurs du groupe, les Maple Leafs de Toronto. Montréal a toutefois au moins trois matchs en main sur chacune de ces équipes.

Le classement est encore loin d’être défini. Tout peut arriver d’ici la conclusion du calendrier régulier. On peut toutefois commencer à se questionner à savoir qui serait l’adversaire idéal pour le Canadien en séries. Georges Laraque et Stéphane Gonzalez se sont prêtés à l’exercice mercredi après-midi sur les ondes du 91.9 Sports.

Les coanimateurs en sont venus à la même conclusion, celle qui me semble également la plus logique : les Oilers seraient une proie de choix.

Le Tricolore semble avoir le tour contre les troupiers de Dave Tippett cette saison. En fait, la force du CH est qu’il limite drastiquement les dégâts causés par Connor McDavid et Leon Draisaitl. En quatre matchs contre Montréal cette saison, les deux meilleurs marqueurs de la ligue ont noirci la feuille de pointage à deux et une occasion(s) respectivement. Comme ils sont les moteurs essentiels de l’attaque d’Edmonton, l’équipe s’écroule lorsqu’ils ne produisent pas.

Georges Laraque a notamment souligné le fait que le Canadien réussit constamment freiner McDavid en zone neutre, ce qui l’empêche d’entrer en zone offensive (zone défensive de Montréal) à pleine vitesse, sa marque de commerce. Pas besoin de vérifier les faits, on s’en rend compte en regardant chaque match Canadien-Oilers.

Et à l’opposé, qui serait le pire adversaire pour le Canadien en vue de la première ronde? Laraque y est allé avec les Jets en raison de leur taille imposante et de Connor Hellebuyck, le meilleur gardien au nord de la frontière Canada-États-Unis. Gonzo croit que la machine offensive des Maple Leafs reste le monstre le plus effrayant du lot. J’aurais tendance à y aller avec la seconde affirmation. La force de frappe de Toronto obligerait pratiquement le Canadien à marquer quatre buts à chaque rencontre. L’attaque de Montréal fonctionne par séquences. Elle ne pourra pas prendre de pauses face aux rivaux de la 401.

En rafale

– Et c’est maintenant que les argumentations sur son contrat peuvent recommencer!

– C’est votre chance!

– La fin d’une époque.


– Il a été sélectionné tout juste après Cole Caufield au repêchage de 2019.

– En espérant que les conséquences ne soient pas trop graves.

PLUS DE NOUVELLES