Mike Ribeiro « réapparaît » à La poche bleue, mais Québecor décide de faire à sa tête

Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre s’amusent tout en nous divertissant depuis le début du mois d’avril avec leur nouveau podcast vidéo La poche bleue. Ils ont même sorti leur bière La poche bleue récemment!

Dimanche dernier, on est tous un peu tombé sur le derrière quand on a vu la liste des invités pour le show de la semaine : Pierre Dagenais, Roseline Filion, Bruno Heppell, Patrice Bergeron… et Mike Ribeiro. Quelle idée de génie que celle de convaincre Mike Ribeiro de revenir dans la sphère publique, lui qui avait fait la une en août 2017 pour avoir complètement disparu selon son agent… puis pour avoir été arrêté (pour une histoire de violation de propriété) à Miami en novembre. Il s’agissait d’une deuxième arrestation (au moins) pour Ribeiro, qui avait aussi été arrêté en octobre 2010 pour avoir été intoxiqué en public à Dallas.

En 2017, Ribeiro avait fait la une des médias suite à sa « disparition »… avant de réapparaître vaguement en 2019, alors que son ami Jean-Pierre Dumont avait confié qu’il allait bien, qu’il était à Nashville et qu’il coachait avec lui.

Mais les gars de La poche bleue ont réussi une coup de maître en amenant Mike Ribeiro en ondes hier soir, pour leur 13e émission de l’année.

Ribeiro, toujours installé à Nashville, a lancé plusieurs trucs intéressants (alors qu’il était en visite chez sa mère à Montréal, notamment pour les funérailles de son père). Il avait l’air très bien dans sa peau.

– Même si son passage avec le Tricolore n’a pas été parfait et que le vestiaire était divisé (il y avait des cliques), il aurait aimé ne jamais quitter le Canadien et pouvoir terminer sa carrière à Montréal.

– Bob Gainey avait confié à Ribeiro qu’il ne serait pas échangé (malgré les rumeurs)… avant de l’échanger.

– Koivu n’a jamais aimé Ribeiro… et Ribeiro ne comprend pas comment le capitaine de l’équipe pouvait faire passer ses statistiques personnelles avant l’équipe. Ribeiro a défini sa relation avec Saku de pas bonne… possiblement parce que Théodore, Dagenais et lui prenaient beaucoup de place au Québec.

– Ribeiro sait croit encore aujourd’hui qu’il a été échangé en raison de son night life. Il aurait aussi aimé être utilisé davantage plus rapidement dans sa carrière.

– Ribeiro croit que son nom a fait partie des discussions de l’échange Subban – Weber, mais que quelqu’un chez le Canadien a eu trop peur.

– À un certain moment dans sa carrière, il était rendu à être superstitieux à l’inverse : lorsqu’il ne sortait pas la veille d’une partie, il avait un mauvais match. Il a aussi parlé de sa rehab en 2014, donnant du love aux Predators qui lui ont donné un chance après.

– Il a aussi avoué souhaiter que les médias québécois soient plus smooths avec les joueurs, surtout les jeunes. Si jamais le CH finit par repêcher Alexis Lafrenière, il faudra savoir lui donner du temps.

– Ribeiro dit prendre soin de ses enfants, dont l’un joue notamment au hockey de haut niveau. Il aussi ri de l’identité du joueur contre qui il a été échangé (Niiinimaa).

– Il a avoué que toujours faire la même chose, toujours se faire dire quoi faire, ne pas avoir de liberté… ça effrite la passion. Surtout pour un gars comme lui.

Respect

Plusieurs journalistes ont souhaité eux-aussi parler à Mike Ribeiro lorsqu’ils ont appris dimanche que ce dernier avait réapparu et qu’il allait être l’invité de La poche bleue.

Mathias Brunet l’a fait, attendant que la diffusion de La poche bleue soit terminée avant de publier son texte dans La Presse et prenant bien soin de nommer Guillaume, Max et le nom de leur émission dans les premières lignes de son texte. #Respect

Brunet a indiqué que Ribeiro était complètement sobre depuis quelques mois, après avoir subi une thérapie de deux mois avant le confinement.

Il a aussi avoué qu’il avait décidé de complètement disparaître pendant un an pour entamer sa retraite, chose qu’il a faite. Il voulait être seul un peu… et faire le party.

Il évalue la possibilité de déménager au Québec, notamment pour aider son fils et son développement hockey.

Il rêve d’un jour coacher dans la LNH, tout d’abord comme adjoint. Il se voit même être le bras droit de Guy Boucher et remporter la 25e Coupe de l’histoire du Canadien de Montréal. Il adore le coach, mais aussi l’homme que Boucher est.

Je ne vois par contre pas l’organisation ultra conservatrice qu’est le CH ramener Mike Ribeiro dans ses rangs.

RDS a aussi donné du crédit à La poche bleue dans son texte sur Ribeiro.

Mais chez Québecor, on n’a pas fait mention de LPB, Guillaume ou Maxim dans le traitement de la nouvelle, même si ce sont eux qui ont été les premiers à discuter avec Ribeiro.

Le Journal de Montréal en a même fait sa une ce matin, sans faire aucune allusion à l’initiative de La poche bleue.

Évidemment, Larivière s’est fait taper sur les doigts sur les réseaux sociaux… notamment par les gars de la Poche bleue eux-mêmes (qui ont liké et retweeté plusieurs commentaires). TVA Sports s’est fait ramasser, si vous me permettez l’expression, sur Twitter et Facebook.

Ça aurait pourtant été si simple de donner un peu de love en début de texte, Louis-André, ou du moins, de corriger le tir par la suite.

À la place, le principal intéressé a choisi de narguer ceux et celles qui auraient aimé le voir respecter La poche bleue.

Au début, je pensais que la consigne de ne pas citer un compétiteur (indépendant) venait d’en haut… mais maintenant, je me demande si le journaliste lui-même n’a pas ressenti le besoin de tout garder pour lui…

À noter que Louis-André Larivière n’avait pas obligatoirement (selon les règles journalistiques) à citer La poche bleue puisqu’il a lui-même discuté avec Ribeiro et que les nouvelles qu’il a publiées, il se les est fait confirmer par la bouche de Ribeiro. Par contre, la confrérie journalistique apprécie généralement voir ses membres se donner du respect lorsqu’ils s’inspirent les uns des autres, surtout dans une situation comme celle d’hier soir.

PLUS DE NOUVELLES