Michel Bergeron s’est enflammé contre les Hurricanes

Julien Gauthier était de passage hier soir lors du show de Dave Morissette en direct et il a indiqué au gens du Québec, à la blague, qu’il se cherchait une patinoire afin de chausser ses patins. Depuis le début du confinement, le Québécois est à Montréal et il n’a toujours pas patiné puisqu’il n’y a aucune place pour le faire adéquatement.

«Je suis à Montréal et j’essaie d’avoir accès à une patinoire depuis longtemps, mais rien ne fonctionne. D’ailleurs, si quelqu’un a une glace de libre, qu’il me fasse signe!» – Gauthier

Un bel entretien avec le kid de 22 ans, mais ce que je retiens principalement de celle-ci demeure le fait que l’organisation des Hurricanes de la Caroline ne semble pas friands des joueurs du Québec, selon Michel Bergeron. En juin 2019, les Canes ont bougé le joueur natif d’Amos, Nicolas Roy, vers Vegas… Puis, en février dernier, c’est Julien Gauthier qui a quitté cette franchise vers la Grosse Pomme (Rangers). Deux Québécois qui quittent le groupe en l’espace de quelques mois, il y a donc des raisons de se questionner… ou pas!

Il faut faire attention ici puisque, je vous le répète, c’est Michel Bergeron qui s’est enflammé à ce sujet, indiquant que cette concession ne semblait pas apprécier les joueurs québécois. Gauthier, un individu très mature, n’a pas tenu le même discours en nuançant les propos du Tigre, toujours aussi dans le champ gauche qu’à son habitude des dernières années.

«Je ne le sais pas du tout! Je ne crois pas, en fait. Je sais juste que Nicolas et moi avions connu de bonnes saisons dans la Ligue américaine et que plusieurs équipes étaient intéressées à nos services. On n’a pas vraiment eu notre chance en Caroline. Je comprends que le hockey est une business, mais Nicolas et moi voulions vraiment faire ce qu’il y avait de mieux pour notre carrière.» – Gauthier

Au final, si Julien n’a pas ressenti ça au sein de cette formation, j’imagine que ce n’est pas le cas. C’est facile pour l’être humain de faire 1 plus 1 sans toutes les données…

En rafale

– L’année de Noah Juulsen.

– On peut tellement comprendre Charles Hudon.

– Une excellente citation.

– Voici l’équipe des étoiles de la LHJMQ.

– Pas de Lassi cette année pour l’Impact?

PLUS DE NOUVELLES