Marc-Édouard Vlasic semble croire que la LNH n’est pas honnête

Qui ne connaît pas le franc-parler du défenseur des Sharks de San Jose, Marc-Édouard Vlasic? Lorsqu’il parle, il dit l’heure juste sans passer par Paris. Droit au but. Sans détour. Vlasic a été fidèle à sa réputation lors d’un entretien téléphonique avec Luc Gélinas (RDS) plus tôt aujourd’hui. Voici ce qu’il a lancé d’entrée de jeu au vétéran journaliste de RDS :

«Il y a de nouveaux scénarios qui sortent chaque jour. Plusieurs villes sont en confinement jusqu’au 31 mai. C’est le cas de San Jose et je suis pas mal certain qu’on va repousser la date. Tant qu’on ne trouvera pas de vaccin, ça va être difficile de recommencer la saison, même si ce n’était qu’en septembre parce que 40 % de nos revenus proviennent des billets vendus. Ça, c’est si on revient sans spectateurs. Mais on fait quoi de la sécurité des joueurs? Il y aurait quand même entre soixante-quinze et cent personnes qui devraient être à l’aréna pour chaque match. Tu vas mettre tous les joueurs ensemble, c’est comme des rassemblements pour jouer au hockey et les villes ne permettent pas les rassemblements. En ce moment, ils gardent l’espoir pour que le monde soit intéressé quand ça va revenir. Je pense que c’est plus ça qu’autre chose.» – Vlasic

Ce que je retiens de ce long discours rempli de logique demeure la dernière phrase, qui pointe directement Gary Bettman et la LNH. Selon ce que croit Vlasic, la LNH spécule d’un potentiel retour dans le but de garder les amateurs intéressés et captivés lorsque ça va revenir. Donc, la confiance de Bettman, qui croit réellement que la LNH reprendra ses activités incessamment, n’est peut-être pas aussi solide qu’il semble le faire croire au public.

Vlasic n’est pas le seul qui doute concernant un retour au jeu. Phillip Danault et Brendan Gallagher ne se sont pas gênés pour préciser que la santé des joueurs était primordiale. Mais, du même coup, les deux joueurs du Canadien sont deux guerriers et ils retourneraient aux pas de course enfiler l’uniforme bleu-blanc-rouge si le gouvernement relançait le tout. T’sais, si certains l’ignorent toujours, cette envie de recommencer les activités est motivée par le cash. Point. Les motivations actuelles ne sont donc pas de bonnes raisons afin de justifier un retour et mettre en péril la santé de plusieurs athlètes, selon plusieurs joueurs.

Néanmoins, la vie ne peut pas être sur pause éternellement puisque le taux d’anxiété augmente et augmente, donc le retour au jeu pourrait se réaliser même si plusieurs personnes sont en désaccords.

En rafale

– Aidons-nous les uns les autres.

– Une année très marquante…

– Un billet très intéressant au sujet de Julien Gauthier.

– Quand la Suisse débloque son budget.

– La technologie, c’est aussi ça.

PLUS DE NOUVELLES