Marc Bergevin n’a pas commencé à négocier avec Phillip Danault

Les commentaires de Phillip Danault ont bien fait jaser, quelques jours après l’élimination du Canadien face aux Flyers. Frustré d’avoir vu son rôle diminuer au profit des jeunes Suzuki et Kotkaniemi, le Québécois a mentionné qu’il reconsidérerait son avenir à Montréal s’il ne retrouvait pas sa chaise de premier centre.

Pas le genre de déclaration qu’on aime. Je n’ai particulièrement pas aimé sa mentalité, et je l’ai expliqué dans cet article : 

Maintenant que la poussière est retombée, Jean-Charles Lajoie a questionné Marc Bergevin en fin d’aprés-midi (JiC) à propos des négociations avec son joueur de centre local. Le DG du Canadien a affirmé qu’il n’avait toujours pas commencé à négocier avec lui, et ne semblait pas du tout pressé à le faire. Il faut dire que le #24 ne veut pas non plus discuter trop tôt, visiblement inquiet du traitement qui lui sera réservé en 2020-2021.

Après tout, Bergevin a mentionné durant cette même entrevue que Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi avaient «pris une coche» et qu’ils méritaient les postes de centre #1 et #2 de son équipe. Il a visiblement très confiance en ses deux jeunes hommes, et il ne laissera pas Phillip Danault décider de leur rôle dans l’alignement : ce sont leurs performances (aux trois) qui détermineront leur temps de jeu. Il est très probable qu’il veuille garder le joueur à Montréal, mais il ne peut pas contrôler comment il se sent et la frustration potentielle qui pourrait nuire à la chimie si jamais il décidait de se plaindre de son utilisation. On voit que Bergevin aime bien Phillip Danault, mais qu’il est loin d’être certain d’en faire l’un de ses deux premiers centres pour l’avenir.

C’est plate.

Mais c’est aussi très logique, pourtant. Danault ne veut-il pas faire partie d’un club gagnant, sachant pertinemment qu’il continuera d’obtenir plus de 17 minutes de jeu par match en raison de ses habiletés défensives? Chez la plupart des équipes dominantes de la ligue, il se retrouverait sur le troisième trio. Si c’est à cet endroit que le Canadien le positionne, c’est une bonne nouvelle pour ses chances de gagner la Coupe Stanley – on s’approche d’une formation dominante. Croit-il au CH par contre?

Il ne sera pas relégué au quatrième trio, et il jouera tout de même avec de bons joueurs sur la troisième unité. Et s’il ne réussit pas à produire sans Brendan Gallagher et Tomas Tatar, ce ne sera pas la faute de Nick Suzuki.

Bref. Marc Bergevin n’a pas commencé à négocier avec Danault, mais pas plus avec Tatar, Petry, Armia et Gallagher.

Il est possible que sa sortie d’aujourd’hui ne voulait rien dire… Mais la (quasi) confirmation de Suzuki et de KK dans les chaises de #1 et #2 nous pousse quand même à nous questionner à propos de l’avenir de Danault. Oui? Ils devront à nouveau se prouver lors du prochain camp d’entraînement… Mais ils ont, qu’on le veuille ou non, une bonne longueur d’avance dans l’esprit du grand patron.

En Rafale

– Il était important d’avoir un bon deuxième gardien en raison des circonstances possibles causées par la pandémie.

– Commentaires racistes à l’endroit de Ryan Reaves?

– Impressionnant, quand même.

PLUS DE NOUVELLES